Participatif

Balloon devient Wisembly et adresse de nouveaux usages en entreprise

La volonté de Balloon a toujours été de répondre largement aux besoins de participation dans les entreprises. Ceci dit, la jeune pousse était surtout retenue par des grands comptes ou des agences spécialisées pour dynamiser les sessions de questions/réponses lors d'événements physiques. 

Sa solution de gestion des interactions se distingue par sa capacité à agréger les contributions véhiculées par différents canaux : SMS, Twitter, la messagerie ou le web.

Nous avions présenté la solution en octobre dernier, dont le principe est repris dans l'infographie ci-dessous.

Balloon mode de fonctionnement

Les enrichissements fonctionnels qui ont été apportés ces derniers mois ouvrent désormais de nouvelles perspectives. Pour marquer le coup et insister sur son nouveau positionnement, la start up s'est rebaptisée Wisembly.

Outiller des sessions de brainstorming, de formation...

Une des nouveautés est la possibilité de charger des documents, notamment des présentations. La plate-forme continue, bien entendu, de relayer les contributions du public. Un des bénéfices est de réduire la logistique : il n'est plus nécessaire d'installer deux écrans lors des événements.

Mais ce n'est pas le plus important. Cette option, couplée avec la possibilité pour les participants connectés à Wisembly d'ajouter des notes personnelles, permet d'outiller des réunions plus intensives se déroulant en petit comité : brainstorming, sessions de formation... Ce faisant, Wisembly se rapproche de ce que proposent d'autres plates-formes participatives.

La prochaine étape sur laquelle travaille l'éditeur français est une fonction d'exportation pour récupérer et partager le contenu des sessions. Celui-ci pourrait être basculé dans un réseau social d'entreprise pour poursuivre les conversations. « On y réfléchit », dit prudemment Romain David, co-fondateur de Wisembly.

En parallèle, l'éditeur a amélioré sa gestion des événements. Il a affiné l'analyse des contributions, désormais comptabilisées en fonction de leur nature (questions, commentaires, votes...) et des différentes sessions auxquelles elles se rattachent.

L'idée à terme est de fournir suffisamment d'indicateurs pour aider les organisateurs à optimiser leurs réunions. Il s'agit, par exemple, de déterminer si la participation est massive ou le fait de quelques-uns, de mettre en évidence les individus qui génèrent le plus des réactions.... Soit les mêmes questions que se posent les animateurs des communautés dans les réseaux sociaux d'entreprise. 

Promo Newsletter