BarcampAlsace, du brainstorming tous azimuts au réseau d'acteurs territorial

Les barcamps ont fait leurs preuves sur leur capacité à faire émerger de nouvelles idées, mais ils sont souvent perçus comme des événements éphémères. Un barcamp peut aussi être un événement récurrent qui s’inscrit dans une démarche plus structurée de création de réseau regroupant une multitude d’acteurs. C’est le cas du Barcamp Eurodistrict tenu le 20 novembre dernier à Strasbourg.

« Les gens qui viennent la première fois sont souvent imprégnés d’une démarche classique et insistent pour avoir du concret sous forme de compte-rendu ou notes de synthèse. Ce qui n’est pas notre pratique et cela peut rendre peu palpable les perspectives de ce type d’événement. Je pense que c’est ce qui frustre les gens qui n’accrochent pas avec ce type de concept. Mais en réalité, notre démarche à des suites dans le temps », analyse Yann Klis, organisateur de ce barcamp. Car tout dépend de ce que veulent en faire les organisateurs, explique-t-il.

Tout d’abord, les personnes qui y participent sont essentiellement implantées dans la région et les thèmes abordés sont de deux types. D’une part, des sessions sur des sujets généraux. Et d’autre part, des sujets d’intérêt commun axés sur des problématiques opérationnelles de réalisation d’actions entre les acteurs présents.

Des problématiques générales pour faire avancer la réflexion collective

Sur les thèmes généraux, ont été abordés des sujets comme « Limite de la propriété intellectuelle et open source » qui a permis de faire avancer la réflexion collective sur un débat récurrent. Ainsi des thèmes ont émergé de la confrontation d’idées et qui pourraient être abordés lors des Rencontres mondiales du logiciel libre organisées à Strasbourg en 2011.

Cela peut être également la discussion sur une question qui émerge de la pratique. Une participante a exposé ses usages des outils collaboratifs pour organiser une veille collaborative où elle a remarqué un élément singulier chez ses collaborateurs : ceux qui ont entre 30 et 40 ans sont peu enclins à la participation alors que cela pose beaucoup moins de problèmes aux tranches d’âges inférieures et supérieures. Est-ce un problème générationnel ?

« La discussion a permis de les diviser en deux groupes, les sceptiques sur la démarche et les récalcitrants à tout partage d’information. Du coup, les intervenants ont exploré les stratégies possibles avec échange de bonnes pratiques pour susciter la participation de ces deux types de publics en écartant la problématique générationnelle qui aurait nécessité plus de recul pour en valider la pertinence », relate Yann Klis.

Un Start up week-end pour enrichir les projets et les porter à maturité

Les sessions sur les problématiques opérationnelles sont bien évidemment celles qui sont les plus structurantes avec des résultats plus immédiats. Par exemple, les participants ont fait le constat d’un décalage entre un système de formation régional relativement performant, mais dont les diplômés quittent la région pour d’autres contrées plus attractives à leurs yeux. Comment donc susciter plus de créations de start up dans la région et attirer davantage de talents au sein de l’espace de networking CPPlex de Strasbourg ?

Résultat après le brainstorming : organiser un Start up week-end en janvier prochain. Il ne s’agira pas ici, en un seul week-end, comme cela se fait dans ce genre d’initiative, de susciter la rencontre improbable de gens pour faire émerger au pas de charge une idée commune, définir un projet avec un business plan et le présenter à des financeurs et des business angels. « Les règles seront différentes, puisque ce week-end s’adressera plutôt à des groupes déjà constitués, ayant une idée qu’ils ont déjà plus ou moins développée, afin qu’ils bénéficient des multiples expériences des acteurs présents pour cadrer leur projet, l’enrichir et le porter à maturité », explique Yann Klis.

Créer du lien pour développer un réseau d’acteurs innovants

Si le Start up week-end initie une démarche très structurée avec des gens motivés, des projets plus basiques contribuent également à créer du lien et une action sur la durée. C’est le cas des initiatives pour populariser l’espace de networking. La création d’un tee-shirt de promotion de l’espace et des scénarios vidéos ont été imaginés collectivement pour mettre en valeur les outils mis à disposition et les méthodes de travail collaboratif développées au sein du CPPlex. Ils seront diffusés par viralité sur les réseaux sociaux.

« Nous essayons d’organiser un barcamp par semestre », indique Yann Klis. Le barcamp a donc ici pour vocation non seulement d’être un laboratoire d’émergence de nouvelles idées, mais aussi de jalonner un processus structuré de développement d’un réseau d’acteurs innovants ancrés sur un territoire par des moments de respiration créative sur le mode de l’innovation ouverte. « Contrairement à la participation à un salon où l’on vient chercher un prospect, ici on vient découvrir un réseau avec lequel il est possible de monter des projets et de travailler dans la durée. A chaque fois, le réseau grandit et s’enrichit de nouvelles expertises », conclut Yann Klis.

 

Promo Newsletter