Réseau social

Comment Orange a adapté et enrichi Sharepoint pour son réseau social

Plazza, le réseau social interne d'Orange, ne repose pas uniquement sur Sharepoint. Il met aussi en oeuvre le logiciel SocialFactor, une extension fonctionnelle à la plate-forme de Microsoft. L'information était connue depuis plusieurs mois déjà, mais l'opérateur est revenu publiquement sur les raisons de ce choix lors du salon Solutions Intranet & Collaboratif qui se tenait du 13 au 15 mars à Paris.

Les premiers retours des utilisateurs d'Orange avaient mis en évidence le besoin de renforcer la dimension conversationnelle du réseau social Plazza. C'est bien de pouvoir nouer des relations sur le réseau social, c'est encore mieux d'être en mesure de les entretenir et les développer. Or, Sharepoint 2010 ne permet pas, par défaut, de réagir à une contribution depuis le mur d'activités.

Davantage de participation grâce à un pont avec la messagerie

Après avoir un temps envisagé un développement par ses propres équipes, Orange y a renoncé pour se tourner vers une solution du marché, celle du Français Calinda Software. Au-delà de la fonction micro-blogging, SocialFactor permet d'initier des conversations qui ciblent des interlocuteurs particuliers. 

La solution présente également l'avantage de créer une passerelle avec la messagerie. Ce point n'était pas anecdotique pour l'opérateur. En effet, tous les employés de Microsoft n'ont pas de poste informatique dédié. Ils sont donc amenés à interagir depuis leur domicile ou depuis leur téléphone portable via la messagerie. SocialFactor est aussi un moyen de les faire patienter en attendant la version mobile de Plazza. 

Jean Daries, maîtrise d'ouvrage sur le projet Plazza à la DRH de France Telecom, identifie un autre bénéfice : être en mesure d'ouvrir ponctuellement le réseau social à des intervenants extérieurs. La fonction BusinessGuest permet à une personne extérieure au réseau social, non référencée dans l'annuaire d'entreprise, de poster via la messagerie des informations dans Sharepoint.

Le principe de relation de LinkedIn préféré à celui de Twitter

La mise en place de SocialFactor chez Orange a nécessité quelques ajustements supplémentaires à ce qui est habituellement nécessaire. Le logiciel a été reconfiguré afin de tenir compte des modifications qu'avaient apportées l'opérateur au fonctionnement standard de Sharepoint. 

Le mécanisme de mise en relation avait été redéfini et le mode asymétrique abandonné. La relation entre deux personnes au sein de Plazza nécessite un consentement mutuel, comme dans LinkedIn et contrairement à ce que propose Twitter. Ceci afin d'offrir davantage de visibilité sur les relations nouées.

L'opérateur a également retravaillé les mécanismes d'adhésion à une communauté et le « wording » du logiciel. Les collègues sur le réseau social deviennent des contacts. Une intervention minime en termes d'effort mais qui facilite la compréhension de l'outil et donc son adoption. 

Jean Daries est également revenu sur le choix de Sharepoint. Celui-ci n'a pas été dicté par le fait que l'outll de Microsoft soit déjà utilisé au sein d'Orange comme plate-forme collaborative mais par les focus groupe qui avaient été menés et par sa faclilité d'intégration avec l'annuaire d'entreprise. Au moment de la décision, au moins une dizaine de réseaux sociaux étaient déployés chez l'opérateur. Il serait intéressant de savoir combien d'entre eux sont encore en activité.

Filet

Thémas : Les usages d'un réseau social d'entreprise dans 4 sociétés IT

Promo Newsletter