Start up

Earliz, une gestion de projet 2.0 pour les PME du tertiaire

L'ambition de la jeune pousse Earliz est de concilier la simplicité des gestionnaires de tâches modernes et les capacités de pilotage des progiciels de gestion de projet. Ces derniers sont généralement inaccessibles financièrement à une petite structure.

Quant aux premiers, « ils intègrent le partage et la collaboration, mais il leur manque la dimension de management d'équipes », estime Olivier Hory, cofondateur d'Earliz. Ils n'exploitent pas les données pour produire des rapports de suivi et réactualiser les plannings de manière automatique.

Le logiciel développé par la start up n'offre pas le niveau de sophistication des solutions pensées pour l'industrie, mais l'éditeur cible en priorité les PME du secteur tertiaire, qui se reposent encore bien souvent sur Excel pour piloter leurs projets. Il revendique 3 000 inscrits, dont un tiers basé aux Etats-Unis et un tiers en Europe.

Earliz

D'un coup d'oeil, le chef de projet visualise l'enchaînement des jalons. 

Le modèle freemium (le logiciel est gratuit jusqu'à 15 utilisateurs) encourage certes la découverte, mais l'outil a été adopté au quotidien par des PME, en particulier des start up Internet, des agences web et de communication. « Rien que la semaine dernière, plus de 50 espaces d'entreprises ont été actifs », précise le cofondateur.

Un double mode projet : planning et agile

Fonctionnellement, l'outil s'inspire des outils 2.0 : il gère les profils enrichis et permet de commenter les projets, les tâches... Il intègre une fonction de messagerie instantanée et se lie à l'agenda de Google et aux espaces de stockage partagés Google Drive et Dropbox.

Plus original, le logiciel intègre un double mode de gestion de projet : traditionnel avec l'établissement d'un planning et en mode Scrum avec un pilotage en fonction de la charge. Cette dernière option cible les équipes informatiques. 

L'expérience d'Olivier Hory chez Viadeo, il était architecte front-end, l'a sensibilisé à l'importance de la simplicité d'utilisation. « Nous avons conçu le logiciel pour réduire aux maximum les opérations de configuration et le nombre de clics », dit-il. Le changement de statut d'une tâche (à faire, en cours, terminé), par exemple, se fait à la souris par glisser/déposer

Le prochain enjeu pour la jeune pousse, accompagnée par un accélérateur parisien, est de réaliser une levée de fonds d'ici six mois.

Promo Newsletter