Etude

Intranets sociaux et collaboratifs : la gouvernance prend de l'importance

L'édition 2012 de l'observatoire intranet et de la stratégie numérique livre ses premiers enseignements à partir des 350 réponses déjà collectées. Cette étude que mène chaque année le cabinet Arctus fait le point sur l'équipement et la stratégie des entreprises en matière d'intranet, de collaboration et de réseau social interne.

Cette année, le fait le plus marquant réside dans l'importance croissante qu'accordent les entreprises aux questions de gouvernance. Celles-ci sont multiples et englobent aussi bien la mise en place d'une charte rédactionnelle pour la publication du contenu que les règles d'animation au sein des espaces collaboratifs.

Cette approche plus organisationnelle, managériale de l'intranet est nouvelle. L'enquête de 2011 avait montré que les entreprises étaient surtout attachées à déployer de nouveaux services pour leurs employés.

La définition de règles de gouvernance et la mise à disposition de nouvelles fonctionnalités sont désormais menées en parallèle de la dimension technologique. Ce qui se reflète dans le poids respectif des socio-types définis par le cabinet de conseil.  

Observatoire Intranet 2012 - Socio-types

Répartition des organisations par socio-type avec, pour chacun d'eux, l'évolution de leur importance entre 2011 et 2012.

Les organisations dites en mouvement, qui abordent le changement principalement via l'outil, sont en net recul au profit des bâtisseurs. Cette dernière catégorie est même devenue la plus importante, supplantant pour la première année celle des conservateurs.

Le Community Manager s'installe en entreprise

Le fait qu'un quart des entreprises ait nommé un Community Manager, soit la même proportion que celles qui ont mis en place des profils enrichis, brique de base d'un réseau social, est révélateur des nouvelles approches des entreprises. 

On constate que le profil du Community Manager est aussi mieux établi. Ses compétences dépassent de loin le cadre de la pratique des outils 2.0. Il doit, avant tout, afficher une bonne culture générale de l'entreprise, maîtriser les techniques de communication, avoir une vision globale, un sens politique, savoir convaincre... 

Pas exactement le profil d'un stagiaire, de passage dans l'entreprise. « Ce n'est pas parce que l'on fait du web 2.0 que l'on ne peut être senior », ajoute Isabelle Reyre, directrice associée d'Arctus.

Pour autant, on se rend compte que pour une majorité d'entreprises, l'usage du réseau social interne n'est pas ancré dans le quotidien du plus grand nombre. Soit il est utilisé occasionnellement, soit il est réservé qu'à certaines populations. 

Preuve que ses enjeux ne sont pas encore totalement reconnus, il est encore rare, à ce stade de développement, qu'il soit soutenu par un sponsor appartenant à la Direction générale. Quant aux directions des ressources humaines, elles se cantonnent encore bien souvent dans un rôle d'observateur, même s'il existe quelques beaux contre-exemples. 

Les résultats définitifs de l'observatoire seront publiés d'ici quelques semaines. En attendant, jusqu'au 13 avril, il est encore possible de participer à la treizième édition de l'étude et de répondre aux 48 questions du sondage en ligne.

Thémas Spécial Intranet 2.0

Promo Newsletter