Conférence EFE

Isaac Getz : « L'organisation où les salariés sont libres vaincra toujours les concurrents traditionnels »

Professeur à l’ESCP et co-auteur de « Liberté & Cie, Quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises », Isaac Getz est spécialiste de l’innovation et du leadership libérateur. Il propose aux entreprises et à leurs dirigeants une méthode pour repenser et transformer leur modèle managérial en levier de croissance.

Le 26 mars prochain, il interviendra sur le thème de la liberté des salariés comme levier de croissance et de rentabilité lors de la 2e édition de « Vers la fin du management de reporting », la conférence organisée par EFE, en partenariat avec Collaboratif-info. Il répond en attendant à nos 4 questions flash.

Isaac GetzIsaac Getz, Professeur à l’ESCP, spécialiste de l’innovation et du leadership libérateur.

1/ Pensez-vous que les pratiques managériales actuelles soient un frein à l’innovation et à la croissance en entreprise ?
Isaac Getz : C'est une évidence, car toute innovation commence par une idée partagée. Or l'entreprise traditionnelle n'encourage pas ce partage, voire l'empêche. Quant à la croissance organique, elle ne provient que par l'innovation. C'est justement parce que les entreprises traditionnelles ne parviennent pas à être innovante durablement qu'elles recourent tant à la croissance externe par l'acquisition.

2/ Pour reprendre les termes du gourou du management Gary Hamel, faut-il virer tous les managers ?
Isaac Getz : Absolument pas ! Hamel a beaucoup de très bonnes intuitions mais il conçoit la libération des entreprises comme une révolution. Grave erreur. Les révolutions font tomber les têtes et c'est le meilleur moyen d'instaurer un climat de peur. Or, c’est ce même climat, tellement caractéristique de l'entreprise traditionnelle, qu'on cherche à "révolutionner".
Non, la libération de l'entreprise est une transformation radicale et elle commence par l'abandon de l'égo par le N+1. Quant aux managers, certes, une partie ne sera pas très enthousiaste par la transformation qui leur ôte du pouvoir et les invite à devenir des leaders au service de leurs équipes. Ces managers, il faut les former, coacher, voire inviter ceux qui ne s’accommodent pas de ce changement à évoluer vers d’autres missions dans l’entreprise, tout en gardant leur salaire, bien sûr.

3/ En quelques mots, comment un modèle managérial peut-il devenir un avantage concurrentiel ?
Isaac Getz : L’organisation dans laquelle les salariés sont complètement libres et responsables d'entreprendre toute action qu’eux-mêmes – et non leurs managers ou les procédures – considèrent comme la meilleure pour l'entreprise. Cette organisation vaincra toujours les concurrents traditionnels.
Si, sur le terrain, dans une équipe les joueurs prennent toujours les initiatives, se font confiance, se respectent, tandis que dans l'autre ils ont peur de ne pas respecter les consignes du manager, pensent en priorité à leurs carrières personnelles, et s'accusent mutuellement, à votre avis, laquelle des deux équipes gagnera ?

4/ Pourquoi avoir accepté de participer à la 2e édition de la conférence Vers la fin du management de reporting ?
Isaac Getz : C'est un thème sur lequel je travaille depuis 7 ans maintenant et je suis très content de rencontrer de plus en plus de compagnons sur le chemin de la libération des entreprises !

A LIRE AUSSI :

Gilbert Naud, HCL Technologies France : « Il faut une révolution de la fonction de manager »
Anthony Poncier, Publicis Consultants : « Les managers doivent devenir des leaders »

Promo Newsletter