L’innovation au cœur de la transition socio-écologique en Europe

C’est dans l’espace culturel Django Reinhardt de Strasbourg qu’a été donné le coup d’envoi de la conférence internationale « Ecological and social innovation » organisée par l’Enti (Europeen network for territorial intelligence) et le Relais emploi Strasbourg. Cette conférence, qui se tient sur deux jours, abordera les questions théoriques et pratiques de la problématique générale de la transition socio-écologique en Europe dans la perspective du développement durable.

L’innovation ne concerne pas uniquement la technologie et l’industrie

« L’innovation est le mot-clé pivot du programme de cette conférence », déclare Jean-Jacques Girardot, coordinateur scientifique de l’Enti. Selon lui, l’innovation  est surtout perçue aujourd’hui sous l’angle technologique et industriel. Or, l’innovation est tout aussi importante dans le processus de transition sociale et écologique qui se déroule sous nos yeux.

« Notre conception est que l’innovation intégrée des champs technologique, industriel, social et écologique est une nécessité pour assurer le bien-être de tous dans la perspective du développement durable », explique Jean-Jacques Girardot. Et le point de rencontre entre ces champs où se cultive l’innovation est le développement de la société de la connaissance sous l’effet de l'essor des technologies de l’information.

Cohésion sociale et mutation des valeurs

Ainsi, la première matinée a permis de débattre sur trois thèmes. Samuel Thirion, administrateur à la Division de la recherche et développement de la cohésion sociale du Conseil de l’Europe, a présenté le concept émergent de bien-être et des initiatives locales d’élaboration collaborative entre les acteurs du territoire et les citoyens d’indicateurs de la cohésion sociale regroupés dans un guide méthodologique publié par le Conseil de l’Europe.

François Silva, professeur à l’école supérieure de commerce et de management de Tours-Poitiers, a mis en exergue les changements de paradigmes à l’œuvre dans la transition socio-écologique sous l’effet de la mutation des valeurs, notamment celle de la valeur travail.

Un nouveau modèle de développement économique

Enfin, s’appuyant sur les valeurs et les meilleures pratiques de l’économie sociale et solidaire, Jean-Guy Henckel, administrateur du Laboratoire de l’économie sociale et solidaire présidé par Claude Alphandéry, a proposé un mode de développement alternatif qui affirme la centralité de l’homme plutôt que celle de l’Etat ou du capital. Cette réflexion a abouti à la formulation de 50 propositions pour un changement de cap de l’économie dans son ensemble.

La deuxième partie de cette première journée sera consacrée à des ateliers de réflexion théorique et d’analyse des retours d’expériences de multiples initiatives menées en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud et qui mettent en lumière de nouvelles voies vers une transition socio-écologique. « Les acteurs veulent exposer leurs pratiques pour démontrer à ceux qui en doutent encore le caractère fondamentalement innovant de leurs actions dans les domaines social et écologique », avance Jean-Jacques Girardot.

Promo Newsletter