L'AFP nomme un responsable pour mieux entrer dans l'ère des réseaux sociaux

Depuis le 1er septembre François Bougon a pris ses fonctions de responsable des réseaux sociaux à l’AFP. « La décision de créer ce poste a été prise l’an dernier et j’ai été désigné au terme de l’appel à candidature », précise-t-il. Contrairement à l’agence concurrente Associated Press qui a procédé à un recrutement, l’AFP a privilégié une candidature interne.

Filet relancePortrait de François Bougon

« Nous allons lancer une nouvelle page Facebook dans les prochaines semaines. Nous espérons apporter des choses nouvelles »

François Bougon,
responsable réseaux sociaux à l'AFP

Filet

Agé de 43 ans, François Bougon travaille depuis dix-huit ans à l’AFP. Après des débuts au Desk international à Paris, il participe en 1996 à la mise en place des premiers projets vidéo en partenariat avec Bloomberg, prélude à la création de l’AFPTV. Il est ensuite détaché à Dijon, Lyon puis Montevideo, siège régional de l’AFP pour l’Amérique latine. Ces cinq dernières années, il était correspondant à Pékin. « Dans un média traditionnel comme l’AFP, une certaine légitimité me semble nécessaire et il me paraît donc judicieux d’avoir choisi quelqu’un qui connaisse bien la maison », reconnaît-il.

Twitter, une menace et une opportunité

Désigner un référent pour les réseaux sociaux tient de l’évidence tant ils bouleversent le modèle et le fonctionnement des médias et des agences. « Notre cœur de métier étant l’actualité immédiate, Twitter nous remet en question mais ouvre aussi des opportunités », souligne François Bougon.

Des résultats d’élections au verdict du procès Clearstream, les informations circulent de plus en plus sur les réseaux sociaux avant même la diffusion des dépêches. Encore faut-il néanmoins qu’elles soient recoupées et vérifiées.
 « L’AFP a été confrontée à différentes expériences et il lui est malheureusement arrivé de se laisser abuser par un faux compte Twitter »,  rappelle-t-il. « Les sources virtuelles s’ajoutent aux sources du terrain. Elles ne doivent pas se substituer les unes aux autres mais se renforcer mutuellement.»

Un terrain déjà balisé

La mission du nouveau responsable s’annonce vaste et difficile. L’agence n’a toujours pas de compte officiel sur Twitter. Une partie des journalistes l’utilisent à titre individuel mais sans cohésion d’ensemble. Quant à Facebook, une page a été créée en 2008 par une équipe aux Etats-Unis, mais elle s’est soldée par un échec et l’AFP y a mis un terme l’année suivante.

« Je n’arrive pas sur un terrain vierge », insiste toutefois François Bougon qui rappelle que beaucoup à l’agence réfléchissent depuis longtemps sur ces questions. Et de citer entre autres, Pascal Taillandier, le coordinateur international du projet multimédia, ou encore Eric Scherer, le directeur de la stratégie et auteur du blog AFP-MediaWatch.

Capture AFP Twitter
Le MediaLab, service de R&D interne, multiplie de son coté les expérimentations. Il est à l’initiative, par exemple, du compte Twitter MBAFP (capture ci-dessus) qui récupère les flux RSS de news.Yahoo.com pour générer automatiquement des liens vers les informations de l’AFP les plus lues, les plus commentées et les plus envoyées par mail.

Une nouvelle vitrine sur Facebook

« L’AFP finalise une nouvelle page Facebook, qui va être lancée dans les prochaines semaines », annonce François Bougon. Cette nouvelle vitrine a été élaborée conjointement par la rédaction en chef, les équipes du marketing et du multimédia. « Nous avons observé ce que faisaient les autres agences mais nous espérons apporter des choses nouvelles, ce qui est un facteur clé de réussite sur les réseaux sociaux. »

L’autre priorité est de sensibiliser et former les journalistes pour qu’ils utilisent au mieux les réseaux sociaux. « Nous allons structurer la veille pour détecter les informations que nous n’avons pas encore et suivre les tendances », explique François Bougon.

Lui-même réfléchit à l’utilisation de ses comptes Twitter. Sans surprise, l’annonce de sa nomination a été largement reprise sur le réseau, ce qui lui a valu un flot de nouveaux abonnés. « Je ne compte pas me faire le porte-parole de l’agence sur la question, mais je vais naturellement focaliser mes tweets sur ma veille des réseaux sociaux », dit-il.

Promo Newsletter