Réseau social

Le cabinet Novencia a choisi de développer son propre réseau social

Fonctionner autrement et rompre avec l'image classique des sociétés de services informatiques. Tel était le point de départ qui a amené Novencia, spécialiste du conseil IT et métier pour les marchés financiers, à mettre en place un réseau social d'entreprise.

Si le besoin est commun à de nombreuses entreprises du secteur, les choix opérés par le cabinet sont en revanche originaux. La PME, qui compte un peu plus de 100 employés, a préféré développer sa propre plate-forme plutôt que de s'équiper avec un logiciel du marché.

Ses exigences en termes d'interface excluaient Sharepoint, la solution de son partenaire Microsoft qui était encore en version 2007 au moment du choix, il y a un an et demi. Par ailleurs, comme les consultants sont régulièrement en mission chez des clients qui restreignent l'accès à Internet, la solution devait être accessible d'emblée depuis des téléphones portables. 

NovINside, le réseau social de Novencia

La plate-forme a donc été développée, en environnement .Net, avec des déclinaisons mobiles pour des terminaux Windows, Android, Blackberry et bientôt iPhone. « Environ 40% des accès au réseau social se font depuis des téléphones portables », précise Arnaud Zilliox, PDG de Novencia. 

Un parti pris affiché de ne pas restreindre les usages à la collaboration professionnelle

Une autre particularité est l'importance accordée aux échanges à caractère non professionnel. De nombreuses entreprises les tolèrent au lancement du réseau social afin de favoriser l'appropriation de l'outil. Ce type d'échanges diminue ensuite progressivement jusqu'à disparaître.

Chez Novencia, la dimension extra professionnelle est même plus marquée aujourd'hui qu'à ses débuts. « C'est surtout le fait des plus jeunes », observe le PDG. Il ne s'en offusque pas. La mise en avant de travaux photographiques, pour prendre un exemple concret, participe à l'humanisation des relations au sein de l'entreprise. 

Le réseau social est d'ailleurs présenté comme un Facebook interne, une analogie que réfute nombre de sociétés. Elles ne souhaitent pas assimiler leur réseau social professionnel à un outil grand public. 

Novencia, qui s'est fait accompagner par la société BlueNove, se distingue également en ayant recruté à l'extérieur une Community Manager en amont du projet. Ce qui n'est pas si courant.

Un besoin constant et soutenu d'animation 

Pour le reste, les grands enseignements du projet sont proches de ce qu'on observe dans les autres sociétés ayant déployés des réseaux sociaux d'entreprise. Après la période d'enthousiasme initial, Novencia a vécu la traditionnelle phase de désillusion au bout de quelques semaines. 

C'est une période difficile à la fois pour les promotteurs du projet et pour la Community Manager, qui se retrouve en première ligne. Ses missions consistent à relancer l'intérêt de NovINside en proposant des animations (sondages, questions/réponses..) lorsque les consultations ou les échanges faiblissent.

Sur un plan purement professionnel, la plate-forme a permis de développer la collaboration au sein de groupe technologiques, métiers ou liés à des clients. Une veille collaborative a également été mise en place et une gestion des connaissances dont le contenu est stocké dans Sharepoint. 

Les habitudes de travail ont d'ailleurs évolué. « Pour un quart des collaborateurs, l'outil a changé les comportements », estime Arnaud Zilliox.

De manière plus générale, la communication a été renforcée et a gagné en transparence. La direction est interpellée sur le réseau social à propos de multiples sujets : l'actualité de la société, l'environnement économique et ses conséquences sur le niveau d'activité...

Enfin, le courrier électronique est moins utilisé, sauf pour les messages importants pour lesquels la direction souhaite s'assurer que chacun en a bien pris connaissance. 

Promo Newsletter