Legal Suite prêt pour la collaboration, mais des obstacles demeurent

« La collaboration entre le savoir de l’avocat et celui du juriste de l’entreprise à l’aide de technologies puissantes est essentielle pour assurer une bonne gouvernance juridique de l’entreprise. » C'est ainsi que Patrick Deleau, président fondateur de l'éditeur Legal Suite, a conclu la conférence « Litiges informatiques : sources de conflits - solutions de règlement », organisée avec le concours du cabinet d’affaires Feral-Schuhl/Sainte-Marie. De nombreux cadres juridiques et dirigeants d’entreprise étaient présents.

« L’erreur fondamentale que font certaines entreprises, c’est de faire intervenir le juriste à la fin, met en garde Etienne Papin, avocat. Lorsque tout a été validé par les services de l’entreprise et négocié avec le prestataire, on demande au service juridique et à l’avocat de rédiger un contrat pour acter cette négociation. »

Organiser les échanges interservices dès le début du projet

Si la négociation n’a pas intégré certains risques juridiques, l’exercice peut devenir très difficile pour les juristes. « Le partage de l’information et la collaboration avec les juristes doit intervenir dès la réflexion sur un nouveau projet », préconise l'avocat.

Intégrée à l'intranet de l'entreprise, une solution comme Legal Suite répond à ces besoins. Elle est constituée d'un ensemble d’outils qui facilite la communication entre le service juridique et les autres divisions de l’entreprise.

« Elle permet au juriste d’ouvrir un dossier en fonction de tout type de demande, contrat, clause de confidentialité, par exemple, et créer un groupe de travail en donnant à chacun des droits spécifiques sur les pièces du dossier », explique Thierry Mallat, directeur général de Legal Suite, chargé des technologies.

Le DSI guère enclin à ouvrir des accès à l'extérieur

Mais qu’en est-il des collaborations externes à l’entreprise, notamment l’avocat ? « Notre module est prêt », affirme Thierry Mallat. L’avocat peut, comme toute personne de l'entreprise, être informé en temps réel de l’évolution du dossier et intervenir sur ses différentes pièces.

« Mais ce module est peu déployé car il rencontre souvent le refus des DSI, qui estiment que les documents traités - litiges, contentieux, procédures judiciaires - sont trop sensibles pour circuler à l’extérieur de l’entreprise », regrette le directeur général de Legal Suite. La solution pourrait bien venir du Cloud Computing, qui est en train de faire évoluer les mentalités.

Un autre obstacle à la collaboration est lié au jargon employé, tant par les prestataires informatiques que par les juristes. Ce qui pénalise la collaboration. Christiane Feral-Schuhl conseille « de rédiger un contrat compréhensible par des non-juristes, il doit servir de véritable mode opératoire dans le pilotage du projet en précisant clairement toutes ses étapes et les résultats attendus à chacune de celles-ci ».

 

Promo Newsletter