Conférence EFE

Medhi Berrada, Poult : « Il faut supprimer tous les postes hiérarchiques de contrôle »

Mehdi Berrada est Directeur général adjoint du Groupe Poult. Il a participé à la transformation des modes de travail impulsée par Carlos Verkaren visant à bâtir une organisation neuve et une stratégie d’innovation ouverte.

Le 26 mars prochain, il racontera comment le Groupe Poult a cherché à faire de son modèle managérial un avantage concurrentiel en donnant plus de liberté aux salariés et écrasant la pyramide hiérarchique lors de la 2e édition de Vers la fin du management de reporting, la conférence organisée par EFE, en partenariat avec Collaboratif-info. Il répond en attendant à nos 4 questions flash.

Mehdi Berrada, Biscuiterie PoultMehdi Berrada, DG adjoint du Groupe Poult.

1/ Pensez-vous que les pratiques managériales actuelles soient un frein à l’innovation et à la croissance en entreprise ?
Mehdi Berrada : L'entreprise est avant tout une aventure humaine. Toutes les pratiques managériales qui ne permettent pas aux collaborateurs d'avoir le sentiment de pouvoir agir pleinement et d'être coacteur et coauteur de cette aventure sont, de mon point de vue, un frein à l'innovation et à la croissance.

2/ Pour reprendre les termes du gourou du management Gary Hamel, faut-il virer tous les managers ?
Mehdi Berrada : Je crois que derrière ce titre provocateur, il y a plusieurs idées :
• Il faut absolument supprimer tous les postes hiérarchiques dont l'essentiel de la mission est de contrôler et réduire de manière significative les niveaux hiérarchiques.
• Il faut donner un maximum d'autonomie aux personnes qui sont confrontées à des défis quotidiens.
• Il faut repenser la fonction de manager pour la faire évoluer vers un rôle de facilitateur, de modérateur, d'animateur...

3/ En quelques mots, comment un modèle managérial peut-il devenir un avantage concurrentiel ?
Mehdi Berrada : Si nous avons la conviction que la création de valeur est le fruit de l'inventivité humaine, de la collaboration et de l'intelligence collective, tout modèle managérial permettant de favoriser pleinement ces dimensions devrait normalement créer à long terme une performance supérieure.
De mon point de vue, cela passe par des organisations où la confiance et la liberté des collaborateurs sont le cœur de la culture. Je dirais même que c'est l'avantage concurrentiel ultime.

4/ Pourquoi avoir accepté de participer à la 2e édition de la conférence Vers la fin du management de reporting ?
Mehdi Berrada : Je pense qu'il est important de partager l'idée qu'il existe des alternatives aux approches classiques de management.

A LIRE AUSSI :

• Gilbert Naud, HCL Technologies France :
« Il faut une révolution de la fonction de manager »
• Anthony Poncier, Publicis Consultants :
« Les managers doivent devenir des leaders »
• Isaac Getz, ESCP :
« L'organisation où les salariés sont libres vaincra toujours les concurrents traditionnels »
• Jacques Lebeau, La Poste :
« Un manager humaniste garantit la performance de l'entreprise »
• Michel Hervé, Groupe Hervé :
« Manager, c'est aider les salariés à être entrepreneurs, et non pas décider de tout »
• Eric Séguier et Raphaël Pierquin, UT7 :
« Les managers d'aujourd'hui doivent inventer un nouveau rôle »
• Jean-Francois Zobrist, APM :
« Innover est interdit à ceux qui pourtant créent la valeur ajoutée au quotidien »
• Richard Collin, NextModernity :
« Le management doit se transformer et évoluer vers le “maillagement” »
• Thibaud Brière, Philos :
« Le management actuel est désespérément conformiste, inhibant, abêtissant »

Promo Newsletter