Start up

Mesagraph met sa technologie d'analyse des tweets au service des chaînes de télévision

La semaine dernière, Mesagraph annonçait une nouvelle référence dans le secteur audiovisuel. Le groupe Canal+ a retenu la solution de la start up française pour analyser les tweets qui se rapportent aux programmes de ses 3 chaînes (Canal+, D8 et D17).

La plate-forme est taillée pour traiter de gros volumes de données en temps réel, l'une des spécificités des acteurs du secteur audiovisuel. Les émissions françaises les plus populaires génèrent plus de 100 000 tweets dans une soirée. 

« Aux Etats-Unis, à l'heure du prime time, 40% du trafic de Twitter se rapporte aux programmes de télévision », ajoute Sebastien Lefebvre, PDG de l'éditeur français.

Les chaînes suivent de près l'audience de Twitter, dont l'impact est loin d'être négligeable. Le cabinet Nielsen considère que 9% d'augmentation du trafic sur ce média social génère 1 point d'audience supplémentaire. 

Filet relanceMesagraph Sebastien Lefebvre

« Notre plate-forme Meaningly s'appuie
sur une technologie d'extraction d'entités nommées et une base de 5 millions d'entrées »

Sebastien Lefebvre,
PDG de Mesagraph

Filet

Mesagraph scrute également le contenu des conservations sur Twitter et met en évidence des associations de termes. Les chaînes, mais également les annonceurs et les sponsors, cherchent à savoir ce qui se dit en ligne. 

« Notre plate-forme Meaningly s'appuie sur une technologie d'extraction d'entités nommées et une base de 5 millions d'entrées », précise le PDG de Mesagraph. Cette base a été construite en s'appuyant sur DBPedia.

En sortie, le logiciel produit des données agrégées qui servent à l'analyse et identifie les tweets les plus significatifs, les ambassadeurs potentiels (les internautes qui tweetent le plus, ceux qui sont le plus retweetés...). 

Un outil au service des Community Managers

Des informations précieuses pour les Community Managers qui vont chercher à entrer en contact avec eux ou se servir de ces informations pour enrichir les pages web de leurs sites. France Télévision a commencé à exploiter ces informations sur son nouveau site Pluzz, actuellement en version bêta. 

En termes d'analyse, les chaînes aimeraient aller un cran plus loin et avoir une indication sur la tonalité des tweets (positive, négative ou neutre). Les technologies actuelles ont bien du mal à s'appliquer à ces micro-conversations. « On travaille sur d'autres pistes pour traiter l'émotion », avance Sébastien Lefebvre, sans fournir plus de précisions. 

La start up a choisi de cibler le secteur audiovisuel en priorité, mais sa solution est également adoptée par d'autres grandes entreprises qui veulent analyser ce qui se dit sur Twitter et s'en servir dans leurs actions marketing. Un connecteur pour Salesforce.com est d'ailleurs en cours de développement. 

Mesagraph en bref

Activité : Editeur d'une solution d'analyse des conversations sur Twitter en mode Saas.

Création : fin 2010, la plate-forme sortait un an plus tard.

Cibles prioritaires : le secteur audiovisuel dans un premier temps.

Effectif : 10 personnes.

Contrat moyen : entre 40 000 et 50 000 €.

 

 

 

 

 

 

 

Promo Newsletter