Salesforce sur un nuage pour sa conférence Cloudforce 2010

Un vrai show à l’américaine. Salesforce a mis les gros moyens pour sa conférence, organisée au Cnit le 9 novembre. Le cloud computing est en plein essor et l’éditeur a pu compter sur l’appui de puissants partenaires tant du côté des sociétés de services (Accenture, Capgemini, Deloitte, Logica…) que des éditeurs (CA, Google Entreprise, Magic Software, VMware…). 

Photo en plan large de la conférence utilisateur Cloudforce 2010

Salle comble pour la plénière au Cnit, présentant pendant deux heures la vision du cloud de l’éditeur, les évolutions de la plate-forme et les retours d’expérience de plusieurs clients.

Malgré un contexte plutôt morose pour ce type d’événements, Salesforce a rempli sans difficulté l'amphitéatre du Cnit. Devant l’affluence, l'éditeur a même du bloquer les inscriptions quelques jours avant l’événement. Ouvrant la plénière, Alexandre Dayon Vice Président Exécutif CRM de Salesforce est longuement revenu sur l’histoire de Salesforce, intimement liée à l’émergence du cloud computing.

« A la création de Salesforce, la vision du fondateur Marc Benioff était de rendre l’informatique d’entreprise aussi simple que celle d’Amazon.com. Dix ans plus tard, c’est de la rendre aussi simple que Facebook », a-t-il déclaré faisant allusion à Chatter, le réseau social d’entreprise de Salesforce, et à l’attente des utilisateurs, surtout les plus jeunes, de travailler avec des outils qui ne soient pas en décalage avec ceux de leur quotidien. 

Se faisant aussi l’écho de la passe d’armes entre son patron et celui d’Oracle, Larry Ellison, Alexandre Dayon a aussi tenu à distinguer le vrai du faux cloud. « Tout le monde prétend faire du cloud, mais lorsqu’on vous vend des serveurs, est-ce vraiment du cloud ? » a-t-il questionné, visant implicitement la nouvelle offre matérielle et logicielle Exalogic Elastic Cloud d’Oracle. 

Jean-Louis Baffier, directeur technique de Salesforce Europe, sur scène.

Jean-Louis Baffier, directeur technique de Salesforce a montré le fonctionnement de Sales Cloud 2 (automatisation des forces de vente) et Service Cloud 2 (gestion de la relation client) en insistant sur la dimension collaborative apportée par Chatter.

Jean-Louis Baffier, directeur technique de Salesforce Europe, a ensuite multiplié les démonstrations de la plate-forme. Il a montré notamment comment, dans une application de centre d’appels, les techniciens pouvaient personnaliser leurs tableaux de bord, obtenir tous les détails de la fiche client lors d’un appel entrant, utiliser des bases de connaissances contextuelles pour essayer d’apporter la solution au client dès le premier appel.

Il a également illustré le fonctionnement fortement collaboratif de Salesforce avec la possibilité d’escalader pour faire contribuer l’ensemble des experts de l’entreprise, ces derniers pouvant envoyer commentaires et documents, notamment en situation de mobilité, par le biais de Chatter.

photo des intervenants

Carrefour et Cegid ont témoigné sur leur utilisation de Force.com pour développer de nouvelles applications cloud. Seesmic a intégré les flux de Chatter à son logiciel de suivi des réseaux sociaux.

Un important volet de la présentation et des ateliers a été consacré à la plate-forme d’hébergement et de développement Force.com. Les clients (Schneider Electric, Carrefour, Generali, MeilleursTaux…) ont mis en exergue la vitesse d’implémentation des projets. Quelques semaines suffisent généralement pour migrer la relation client vers Salesforce ou développer et déployer une application spécifique. 

Si Salesforce s’est une nouvelle fois félicité de l’adoption rapide de Chatter par ses clients, ces derniers se montraient beaucoup plus réservés sur l’espace salon. Des entreprises appartenant au club utilisateur France de Salesforce nous ont fait part de leur difficulté à identifier des retours d’expérience. Elles déploraient également que l’activation de Chatter soit globale, sans possibilité de la restreindre à un groupe d’utilisateurs pour expérimentation. 

 

Promo Newsletter