Start up

ShareWizMe met la linguistique au service de l'intelligence collective

Le jeune éditeur français ShareWizMe propose des solutions pour analyser les réponses à des questions ouvertes, que ce soit dans le cadre d'un présentiel, d'une enquête à grande échelle en ligne ou, plus récemment, d'une évaluation 360°.

Créée en janvier 2012, la start up a, en effet, développé un outil d'analyse linguistique permettant de poser des questions ouvertes puis d'en traiter les réponses. Objectif initial : aider les entreprises à se mettre à l'écoute de leurs collaborateurs comme de leurs parties prenantes.

« Nous sommes tournés tant vers des problématiques de ressources humaines, par exemple de type enquête de climat social, que vers des usages de brainstorming, de créativité, ou, encore, d'écoute de la voix des clients », détaille Antoine Ducos, président de ShareWizMe, qu'il a co-fondé avec Christophe Le Buhan, un spécialiste en Change Management.

Au cœur des réunions collaboratives

Depuis septembre 2012, la société propose deux solutions basées sur son outil d'analyse linguistique. La première, baptisée ShareMeeting, est destinée aux événements en présentiel pendant lesquels les participants sont amenés à travailler par groupes.

Equipés chacun d'un ordinateur ou d'une tablette, les groupes de collaborateurs peuvent discuter des problématiques qui leur sont posées puis apporter des réponses via un formulaire ShareMeeting spécifique à leur groupe. La solution se charge ensuite d'analyser les verbatims de tous les groupes puis de restituer immédiatement un résultat.

« Ce que l'on faisait avant avec des Post-it et des paperboards, avec un nombre forcément limité de personnes et aussi un travail très long d'analyse des réponses, qui n'était d'ailleurs pas toujours fait, on peut l'effectuer désormais sans limite grâce à ShareMeeting, défend Antoine Ducos. De plus, le plan de questionnement n'est pas figé. Il est ainsi possible, à partir d'une première série de réponses, de creuser les pistes que l'on veut. »

ShareMeeting

ShareMeeting facilite le travail collaboratif mené au sein d'événements en offrant le moyen d'analyser de manière immédiate les verbatims des participants. La possibilité de questionner et collecter les réponses via sms permet même de favoriser l'engagement des diverses populations de l'entreprise où elles se trouvent : collaborateurs travaillant en magasins, en usine, etc.

Disponible en mode Saas, ShareMeeting est aussi proposé sur serveur, la start up fournissant la plate-forme et toute l'ingénierie logistique : mise en place du réseau interne, fourniture de PC ou tablettes, etc.

Depuis peu, il est également possible de questionner et collecter des réponses par téléphone, via des sms. « Cela permet, dans le cadre d'une démarche managériale qui cherche à engager le plus grand nombre, de solliciter des collaborateurs depuis n'importe quel lieu d'échange dans l'entreprise : magasins, usines, etc. », précise Florent Ducos, en charge du développement commercial au Royaume-Uni.

De l'enquête à grande à l'échelle à l'évaluation 360

Deuxième solution de la start up, ShareQuest permet de réaliser des enquêtes de fond auprès de plusieurs milliers de personnes, collaborateurs, clients ou, encore, fournisseurs.

« Outre la capacité d'intégrer un grand nombre de personnes, l'avantage est que les résultats peuvent être apportés en 2-3 semaines, indique Antoine Ducos, alors que des baromètres d'opinion interne, par exemple, sont en général livrés aux collaborateurs des mois plus tard, ce qui n'a pas de sens. »

Thématique

L'outil d'analyse de ShareWizMe permet de structurer les réponses apportées par les participants en fonction de thématiques émergeant dans les verbatims. Pour davantage de pertinence, le traitement linguistique peut prendre en compte le vocabulaire de l'entreprise. Dans ShareMeeting, le rapport de résultat permet de naviguer facilement des thématiques identifiées aux verbatims.

Enfin, dernière née des solutions de ShareWizMe, OpenFeedback, un outil d'évaluation 360, conçu avec le cabinet Talentis, qui est utilisé dans différents contextes : évaluation annuelle, bilan de compétences, repositionnement.

« Il permet par exemple à des managers qui souhaitent progresser d'interroger les personnes de leur réseau, illustre Antoine Ducos. Grâce à l'analyse linguistique, ils peuvent mieux comprendre ce que les autres pensent d'eux. »

L'espagnol et l'italien en ligne de mire

Parmi les utilisateurs de ses solutions, la start up compte des entreprises comme la SNCF, Sodexo, Axa, Bouygues Telecom,Thomas Cook, But, Auchan, Oxylane ou, encore, Kiabi, soit directement soit via ses partenaires, puisque ShareWizMe cherche à se développer grâce à la mise en place de partenariats avec des sociétés de conseil, des coachs, des facilitateurs...

C'est de cette manière qu'elle est notamment présente en Pologne, mais aussi en Angleterre, où elle a d'ailleurs récemment ouvert un bureau. « Nous comptons cibler bientôt l'Espagne et l'Italie », complète Antoine Ducos.

Un projet en phase avec les développements en cours sur le plan linguistique, qui visent dans l'immédiat à traiter l'espagnol et l'italien, le français, l'anglais et le polonais l'étant déjà. Mais l'objectif de la start up est d'être capable assez vite d'analyser une quinzaine de langues.

Promo Newsletter