Outils de recherche

Sinequa 8 adopte pleinement Java sans renoncer à .Net

Sinequa a profité de Search Solutions 2011, événement co-organisé avec ses partenaires, pour dévoiler la version 8 de sa plate-forme de recherche. Celle-ci consolide et prolonge les innovations apportées par la version 7, sortie en 2009.

La principale nouveauté se cache sous le capot. L'éditeur a porté l'ensemble de ses modules sous Java. Jusqu'alors, seul le moteur se déclinait sous cet environnement, les autres composants (le framework connecteurs et le frontal web) reposaient exclusivement sur la technologie .Net.

« Nous proposons une double compatibilité totale entre Java et .Net pour l'ensemble de la plate-forme », précise Luc Manigot, directeur des services et des opérations de Sinequa. Les grands clients sont ainsi en mesure d'adapter l'architecture distribuée de la plate-forme à leurs contraintes techniques en combinant, comme bon leur semble, des modules en Java et d'autres en .Net. 

Sinequa Search Solutions 2011

La présentation de Sinequa 8 par Luc Manigot, directeur des services et des opérations de l'éditeur, était l'un des moments forts de la conférence Search Solutions 2011.

L'éditeur insiste sur la souplesse que procure ce portage aux entreprises. Celui-ci lui ouvre également les portes de grands comptes, notamment dans le secteur public, qui privilégient les environnements Java et Linux.

Une politique active de partenariats technologiques

L'adoption de Java favorise aussi les alliances technologiques que cherche à établir l'éditeur français. EMC est en première ligne. L'éditeur français était partenaire Gold de la dernière conférence Momentum à Berlin. Le géant du stockage lui a rendu la pareille à Paris. 

Dans chacun des grands domaines technologiques, Sinequa cherche à nouer des relations privilégiées avec un acteur majeur. Cela commence sur le terrain par des actions commerciales communes auprès de clients pour déboucher – c'est l'objectif recherché - sur des accords stratégiques pouvant inclure la revente de la plate-forme Sinequa. 

« L'enjeu est d'adresser de nouvelles demandes via des partenaires globaux », souligne Franck Peyramaure, vice-président en charge des ventes indirectes et des alliances. 

Outre EMC dans la gestion de contenu, les autres partenaires sont Microstrategy dans le décisionnel, Software AG dans la gestion des processus et Adobe pour les interfaces riches. Quant aux réseaux sociaux d'entreprise, Sinequa suit de près ce que fait Jive, pour lequel il proposera prochainement un connecteur.

Une vingtaine d'agents d'extraction sont proposés en standard

Sur le plan fonctionnel, la version apporte de multiples enrichissements, comme la gestion de la troncature, la recherche d'expressions exactes, l'auto-suggestion et la correction orthographique, l'ajout de facettes graphiques, le calcul d'indicateurs en temps réel ou la prise en compte des actions des utilisateurs dans le calcul de pertinence.

Sinequa 8 est, par ailleurs, livré avec une vingtaine de Text Mining Agents (TMA), nouveauté apparue avec la version 7.5. Ils extraient des concepts complémentaires aux entités nommées (personnes, lieux, sociétés...). 

Ceux qui sont proposés en standard, à titre de démonstration, identifient des devises, des numéros de cartes de crédit, des plaques d'immatriculation... Un éditeur graphique permet aux entreprises de définir leurs propres règles d'extraction. 

En conclusion, Luc Manigot indiquait que la version 8 est le point de départ d'une roadmap fonctionnelle. Au menu de 2012 : Big Data, décisionnel et mobilité.

Promo Newsletter