Stribe monte d'un cran dans la socialisation des sites web

La start-up Stribe s'est fait connaître grâce à un service original qui consiste à ajouter une couche sociale à tout site web. Moyennant l'insertion de quelques lignes de code Javascript, l'administrateur du site est en mesure d'offrir des fonctions de gestion de profils, de micro-blogging, et de conversation aux internautes. Le tout en 5 minutes, selon l'éditeur.

Ce service, qui a valu plusieurs distinctions à son éditeur, est lancé officiellement depuis le 6 juillet. Mais il est en fait disponible en version bêta depuis septembre dernier. Les retours des quelques centaines de sites qui l'ont adopté sont à l'origine d'un nouveau service : la mise en relation de sites, regroupés au sein de communautés thématiques.

Le passage à la communauté

Les bénéfices de cette nouvelle approche sont évidents : les sites se construisent un écosystème en ligne et drainent ainsi davantage de trafic en partageant du contenu et en favorisant les échanges entre un plus grand nombre d'internautes. Une communauté en ligne a ainsi d'autant plus de chances d'atteindre la taille critique nécessaire à son dynamisme.

Un site peut créer sa propre communauté en ligne ou en rejoindre une déjà créée. « Nous proposons d'ores et déjà une trentaine de communautés », précise Kamel Zeroual, PDG de Stribe.

La première option devrait intéresser en priorité les grandes marques qui ont déjà un écosystème bien établi, mais qui veulent offrir davantage d'interactions. L'avantage de créer sa propre communauté est de pouvoir exercer un contrôle sur les adhésions d'autres sites.

La seconde option concerne des sites à la notoriété moins établie qui vont se lier avec des sites traitant du même thème et de profils différents : un site d'e-commerce pourra ainsi inviter des blogs, des sites de presse... Chaque site « abonné » dispose d'une marge de manœuvre et peut, par exemple, désactiver le partage de contenu, s'il apparaît qu'un concurrent a rejoint la communauté.

Un internaute peut rejoindre plusieurs communautés

Lors de l'inscription, Stribe propose de recruter des sites. Pour cela, l'administrateur saisit quelques mots clés liés à sa thématique et une requête est transmise à Google et à Twitter afin d'identifier des sites du même domaine. Ceux qui sont sélectionnés reçoivent une invitation par e-mail.

Le mécanisme d'adhésion fonctionne comme dans les communautés sur LinkedIn, sauf qu'il n'est pas nécessaire de quitter le site marchand, le blog ou le site de presse pour échanger avec d'autres internautes.

A noter que ces derniers, s'ils ont plusieurs centres d'intérêt, peuvent rejoindre plusieurs communautés avec le même profil. Il leur faut toutefois passer par les différents sites affiliés aux communautés. « Nous sommes dans le BtoBtoC », précise Kamel Zeroual.

Au niveau du modèle économique, Stribe se rémunère en offrant des services d'administration payants. Mais son PDG a déjà des idées de nouvelles sources de revenus.

Stribe

 

 

 

 

Promo Newsletter