2.0 : SAP met les pieds dans le plat

SAP affirme de plus en plus clairement ses ambitions sur le terrain de l’entreprise 2.0. Il y a quelques mois, l’éditeur allemand trouvait une excellente rampe de lancement avec la sortie médiatisée de Google Wave. Il dévoilait alors Gravity, un « gadget » qui s’intègre à l’interface de l’outil de communication pour étendre ses fonctions et permettre de travailler à plusieurs sur les activités de modélisation de processus. 

Et pour montrer que son ambition ne se limite pas à être un faire-valoir de Google, SAP vient de lancer 12Sprints, une plate-forme de travail et de prise de décision collaborative, qui se positionne cette fois en alternative frontale à Google Wave. Bel exercice de tir à deux coups, le premier étant destiné à capter l’attention et le second à emporter la mise.

SAP fait mouche car l’effet de surprise joue à plein. Non seulement l’éditeur n’était pas attendu sur le terrain de l’entreprise 2.0, mais il peut même être perçu comme son antithèse. Il est l’archétype de l’éditeur d’ERP, ces logiciels monolithiques et rigides conçus pour structurer l’ensemble des processus de l’entreprise. Au point que l’on dit que c’est à l’entreprise de s’adapter à eux… et non l’inverse. Ils représentent la vision la plus centralisatrice mais aussi top-down de l’entreprise, où toute l’activité est convertie en chiffres et en colonnes dans des bases de données pour permettre son pilotage par le comité de direction.

A contrario, l’entreprise 2.0 représente, elle, le décloisonnement par l’échange, le transversal, la capitalisation du savoir informel et non structuré. Ces deux visions sont-elles conciliables ? Jean Mourin, l'un des directeurs d’Adobe, apportait il y a peu un élément de réponse dans l'un de nos articles Rencontres. Selon lui, l’urgence est d’associer aux processus un espace de commentaires et de feedback pour que les collaborateurs de l’entreprise puissent se prononcer sur leur pertinence et leur amélioration.

Au-delà de l’ERP, cette question de la convergence avec les outils issus du Web 2.0 se pose pour l’ensemble des logiciels métiers d’entreprise (production, achat, relation client et fournisseurs…). Reconnaissons à SAP le mérite d’avoir su mettre les pieds dans le plat et de donner corps au débat.

Et pour ceux qui ne verraient qu’une posture dans cette conversion au collaboratif, rappelons que l’éditeur a mis en place une plate-forme (SAP Community Network) pour favoriser les échanges entre experts, développeurs et partenaires de l’entreprise. Début 2010, celle-ci vient de passer le cap des deux millions d’inscrits…

Promo Newsletter