Alerter sans spammer : le défi posé au réseau social

Sans le secours de la messagerie, le réseau social d'entreprise perdrait à coup sûr en audience. C'est une évidence dans de nombreuses structures, y compris dans celles qui luttent pour réduire l'usage des courriers électroniques en essayant de le cantonner aux relations interpersonnelles et aux échanges avec des interlocuteurs extérieurs. 

Un grand compte qui a déployé Jive indique doubler régulièrement la publication d'une information importante dans le réseau social par l'envoi d'un courrier électronique. Bien que les plates-formes sociales incluent en standard des mécanismes de notification, l'opération n'est pas si évidente à automatiser.

En fait, tout irait pour le mieux si le mécanisme d'alertes du réseau social se calait aisément sur les attentes des utilisateurs en faisant preuve de discernement. Or, il a plutôt tendance à se montrer très bavard et à notifier à tout-va : l'arrivée d'un nouveau membre dans une communauté, la mise à jour d'un document, la publication d'un commentaire...

Les bonnes pratiques en matière de réglage du système d'alertes sont cependant bien difficiles à établir. Plusieurs raisons expliquent cet état de fait. Les logiciels ne sont pas tous très évolués, surtout dans leurs anciennes versions, ne permettant pas, par exemple, de régler la fréquence de notification : quotidienne ou hebdomadaire plutôt qu'au fil de l'eau.

Par ailleurs, ces réglages dépendent de nombreux paramètres : des attentes de chacun, de l'importance de l'activité, de la taille des réseaux et des communautés, de l'emprise du réseau social dans le quotidien des employés...

Plus l'utilisation du réseau social est occasionnelle, plus il s'avère nécessaire d'informer les utilisateurs de l'activité qui s'y déroule. Le réseau social d'entreprise est rarement utilisé au quotidien par le plus grand nombre. La fréquence d'utilisation, pour une majorité d'utilisateurs, se mesure plutôt en nombre de connexions par mois ou semaines.

Dans le même temps, les utilisateurs les moins avancés sont les moins susceptibles de modifier les paramétrages, se reposant sur ceux qui ont été définis par les responsables de communautés.

Ne pas s'en tenir aux paramétrages par défaut du logiciel

Il est toutefois un conseil qui vaut dans tous les cas : ne pas s'en tenir aux réglages par défaut du logiciel. Les raisons peuvent toutefois être opposées.

Un grand compte, utilisateur de blueKiwi, indique que par défaut le système alerte à chaque action. Ce qui s'avère contre-productif. Submergé de notifications dans sa boîte aux lettres, l'utilisateur règle le problème de manière abrupte en se désabonnant de la source de spams. Il faut alors redoubler d'efforts pour le ramener dans le réseau social. 

Une autre entreprise, utilisatrice de Connections, note qu'au contraire les utilisateurs se plaignent quand ils ne reçoivent pas suffisamment d'alertes. 

C'est toute la beauté des réseaux sociaux, dont les attentes et les usages varient d'une entreprise à l'autre, voire d'un groupe à un autre. 

Promo Newsletter