Bonnes et mauvaises nouvelles pour la transformation numérique

La transformation numérique cale. La nouvelle édition du baromètre Digital Workplace réalisé par l'Ifop pour le cabinet Julhiet Sterwen confirme ce que d'autres études avant lui constataient déjà.

Premier symptôme, de 2016 à 2019, la perception positive de la transformation numérique baisse, avec une accélération cette dernière année : les 1310 collaborateurs (dont 680 managers) d'entreprises de plus de 500 salariés interrogés ne sont plus que 68 % à penser qu'elle est bénéfique pour l'entreprise, contre 74 % en 2016.

Mais c'est ce qu'elle apporte aux collaborateurs eux-mêmes qui en prend un plus grand coup. En 2016, 68 % estimaient qu'elle leur était bénéfique. Ils ne sont plus que 62 %. En un an, la chute est de 5 points.

Second symptôme, les bénéfices attendus par les collaborateurs semblent avoir atteint leur limite. Ainsi, 69 % des interrogés déclarent que le numérique les rend plus autonomes et 65 % plus efficaces. La progression en un an n'est cependant plus que de 1 point pour ces deux bénéfices.

De la lumière du côté des managers

La transformation numérique cale, mais le baromètre Digital Workplace montre aussi que le changement semble pourtant toujours à l'œuvre. Une fois n'est pas coutume, c'est du côté des managers qu'il est perceptible.

Ceux-ci sont 63 % à estimer que leur rôle a évolué avec le numérique. C'est 5 points de plus par rapport à 2018. La progression est identique en ce qui concerne l'idée que le numérique introduit de nouveaux usages dans la façon de superviser et animer une équipe, idée désormais partagée par 79 % des managers.

Et le bond est de 6 points pour le constat que le numérique favorise une posture s'approchant davantage du chef d'orchestre ou du coach d'équipe, un constat partagé par 62,5 % des managers.

Pas de quoi se réjouir totalement, cependant, puisque 45% des managers ont aussi, en même temps, le sentiment d’avoir moins d’impact et d’influence sur leurs collaborateurs dans leur rôle de supervision et d’animation d’équipe. Un chiffre qui bondit de 7 points en un an...

Si la situation évolue malgré tout du côté des managers, ce n'est en revanche pas le cas pour l'organisation. Bien que 41 % des interrogés indiquent que les changements les plus fréquents concernent cette dernière, ils ne ne se traduisent pas par un fonctionnement plus horizontal.

Seuls 13 % des interrogés constatent ainsi que ces transformations organisationnelles aboutissent à réduire les niveaux hiérarchiques. L'année dernière, ils étaient 17 %.

Promo Newsletter