Bye Bye l'intranet !

Il a vu passer pas mal de vagues technologiques et reste toujours fringuant. Un peu partout, il s’est d’ailleurs imposé comme le socle du système d’information et l’arrivée du web 2.0 semble lui ouvrir de nouveaux horizons. Parler de la fin de l’intranet peut paraître bien incongru. Et pourtant certains y pensent déjà très sérieusement !

Car même s’il sait suivre les évolutions et épouser les modes, il garde de ses débuts une image un peu rustique et un parfum tenace de communication « top down ». Certes, il sait s’orner d’une couche sociale, mais sans avoir l’aura d’un outil nativement 2.0. Les « digital natives » pourraient assez vite le trouver vieux jeu.

Chez Lagardère Publicité dont nous relatons le retour d’expérience cette semaine, le déploiement du réseau social commence d’ailleurs sérieusement à lui faire de l’ombre. Quand d’autres veulent la fin du mail, c'est l'intranet que l’entreprise s’est fixé comme objectif d’éteindre à petit feu. Et de faire à terme du réseau social l’unique outil de communication interne…

Le réseau social pour simplifier la communication interne

Et le comble est qu’elle veut le faire avec Yoolink, un outil vanté pour ses qualités conversationnelles mais pas vraiment pour sa richesse fonctionnelle. Mais qu’importe, puisque les maitres mots du projet sont de créer du lien, de développer la transversalité au sein de la régie et de simplifier la communication interne avec un outil facile d’utilisation pour tous.

Lagardère Publicité a d’ailleurs su partir de l’observation des besoins réels de ses utilisateurs pour demander à l’éditeur d’améliorer par petites touches ce qui manquait : bouton J’aime pour rendre les statistiques plus compréhensibles, codes couleurs pour différencier les familles de tags, fonction pour faire remonter les messages importants dans le flux d’activité…

Une fonction plébiscitée sur l’intranet pour son côté convivial est celle qui signale les anniversaires des collaborateurs. Qu’à cela ne tienne, Yoolink l’a redéveloppée en l’incorporant à l’interface du réseau social. Tout comme il a su convertir certaines rubriques en les proposant sous forme de fils d’informations.

Et avec l’ajout d’onglets, un peu comme sur Facebook, la communication interne est en mesure de proposer des pages dont le design n’a rien à envier à celui d’un site institutionnel. On en viendrait presque à se demander, au fond, ce qui reste sur l’intranet de non transposable sur un réseau social.

Promo Newsletter