Collaboratif : les dangers de la réussite

Se lancer dans une démarche collaborative est un parcours semé d'embûches. Les méthodologies ne manquent pourtant pas pour s'assurer de les éviter. Parmi les bons ingrédients qu'elles préconisent, figure notamment le sponsor, cette personne plutôt haut placée qui va jouer le rôle de caution, d'avocat, faciliter la vie de la démarche en montrant à tous, collaborateurs comme managers, qu'elle a sa bénédiction.

Un autre conseil courant est aussi de mettre en valeur les bénéfices de la démarche, notamment pour lui permettre de s'étendre, en particulier en convaincant la frange de managers qui resteraient insensibles, dubitatifs ou carrément réfractaires, en dépit de l'aval bienveillant du sponsor.

Ces conseils et tous ceux du même accabit prônés en chœur par toutes les méthodologies, pour valables et nécessaires qu'ils soient, n'empêchent cependant pas de buter contre les obstacles.

D'un point de vue chronologique, le premier d'entre eux n'est pas de susciter la participation, comme on le craint souvent, mais plutôt quand celle-ci se sent si libérée que la parole en vient à sortir du cadre, non en divaguant, mais en marchant sur ce que certains considèrent, à juste raison du point de vue organisationnel, comme leurs plates-bandes.

Ce qui pourrait être considéré comme une réussite de la démarche se retourne alors contre elle. Et l'honnête participant qui ne voulait qu'aller plus loin dans l'appropriation des problématiques de l'entreprise se retrouve dans la ligne de mire, sommé de se taire. Sponsor ou pas, il y a des limites que l'on ne peut dépasser.

Quand le rêve tourne au cauchemar

Une autre embûche se matérialise au contraire lorsque la démarche a tellement fait la preuves de ses bénéfices qu'elle est intégrée dans le fonctionnement. Une situation dont beaucoup rèvent… avant de l'avoir vécue et qu'elle devienne un cauchemar.

L'animateur d'une démarche d'innovation participative en a fait l'expérience lorsque proposer des idées est venu s'ajouter à la listes des objectifs des collaborateurs, devenant pour eux une obligation. Résultat : un appauvrissement de la démarche suite à une déferlante d'idées de piètre qualité, que les collaborateurs proposent uniquement pour atteindre leurs objectifs et ne pas se prendre un coup de bâton par leur manager…

Enfin, un dernier gros obstacle peut se dresser lorsque le collaboratif irrigue de plus en plus l'entreprise. « A mesure que les démarches prennnent de l'ampleur, nous nous rendons compte que les barrières commencent à se dresser, que les choses sont moins faciles, les personnes moins soutenues », m'expliquait ainsi, récemment, un responsable engagé dans le développement du collaboratif d'une très grande organisation.

Un retour de balancier où le poids des bénéfices se fait soudain plus léger et le bienveillant sponsor quelque peu muet.

Promo Newsletter