Collaborative, la gestion de projet ?

Le mail et Excel : tels sont les deux outils les mieux partagés pour gérer les projets en entreprise, y compris dans les plus grandes. Là où l'on est un peu plus avancé, on leur adjoint Microsoft Project, destiné au chef de projet. Et quand on prend vraiment les choses au sérieux, l'on opte pour un progiciel de gestion de portefeuille de projets.

Dans tous ces cas, l'on ne peut cependant pas dire que l'on baigne franchement dans le collaboratif…

Pour déceler un premier pas fait dans cette dernière direction, il faut se tourner naturellement vers les plates-formes collaboratives et les réseaux sociaux d'entreprise, sur lesquels les groupes projet fleurissent quasi-spontanément.

Comme nous l'avons vu dans un article récent (Gérer ses projets en communauté), ici tout travail d'équipe est propice à se transformer en projet, avec le moyen de mieux collaborer pour gagner en efficacité.

Mais ainsi que nous le constations encore, toutes les solutions collaboratives ne s'aventurent pas aussi loin sur ce terrain. Certaines, y compris parmi les plus grandes, le délaissent même purement et simplement.

Pour le gros de la troupe, il s'agit avant tout d'offrir des fonctions de gestion de tâches d'équipe, les plus avancés en la matière étant sans doute IBM Connections avec son système d'activité et Jamespot avec son gestionnaire de tâches sous forme de Kanban.

Pour aller plus loin dans la planification et le pilotage, il faut se tourner vers Jalios, qui propose un diagramme de Gantt, ou encore vers Jamespot et son module Co-Pilot.

Des solutions où chacun a sa place

Mais un second pas vers le collaboratif est celui accompli par des éditeurs spécialisés dans la gestion de projet. Ici, il s'agit de sortir du tryptique infernal mail-Excel-MS Project pour offrir à toutes les parties prenantes d'un projet une solution où chacun a sa place et pas seulement le chef de projet.

Entre autres choses, les membres de l'équipe peuvent y interagir et piloter leur activité, le chef de projet non spécialiste disposer d'outils simples de pilotage et le plus expert d'un mode de planification sous forme de Gantt, les décideurs avoir une bonne vision des demandes de projet et assurer des arbitrages alignés sur la stratégie de l'entreprise, les prestataires, fournisseurs et clients être mieux impliqués au cœur des projets.

Ce sont cinq de ces solutions dont nous vous proposons l'analyse cette semaine : Wimi, Earliz, Planzone, NQI Orchestra et One2Team. Leur périmètre fonctionnel n'est pas identique. Et certaines sont orientées PME, d'autres grandes entreprises. Mais toutes misent sur le collaboratif pour favoriser la bonne marche d'un projet.

Reste un domaine sur lequel elles n'adoptent pas toute la même philosophie de partage, c'est sur l'affectation des tâches, où le chef de projet reste souvent le seul maître à bord. Seules deux d'entre elles offrent ainsi la possibilité d'un mode de travail participatif.

Mais pour que toutes franchissent ce dernier pas collaboratif, sans doute faudra-t-il attendre que cela bouge un peu plus sur le terrain du management des entreprises.

Promo Newsletter