De la fracture dans la transformation numérique

Le travail à distance risque de provoquer une diminution du sentiment d'appartenance et un désengagement vis-à-vis de l'entreprise, estiment 55 % des salariés interrogés pour la nouvelle édition du baromètre Digital Workplace du cabinet Julhiet Sterwen. Menée par l'Ifop, l'enquête a recueilli l'avis de 1002 employés d'entreprises de 500 salariés et plus, dont 350 managers.

Un risque d'ailleurs déjà devenu réalité, si l'on en croit les managers interrogés, qui sont 57 % à observer une tendance des collaborateurs à se désengager du collectif et de la vie de l'entreprise.

Bien que les outils collaboratifs aient pour partie compensé, dans le contexte de crise sanitaire, les interactions physiques et permis aux employés de s'adapter au travail à distance forcé, les interrogés ne sont que 19 % à estimer que le numérique a renforcé les liens au sein des équipes.

Certes, c'est 8 points de plus par rapport à l'édition 2017 du baromètre. La progression semble néanmoins modeste au regard de la situation et du niveau de déploiement du numérique à l'occasion de la crise.

Des managers qui décrochent

Le regard que portent les managers sur le numérique est lui aussi mi-figue mi-raisin. D'un côté, ils sont 77 % à juger qu'il permet de rendre les salariés plus autonomes, 72 % prévoyant même de renforcer cette dimension en faisant davantage encore confiance.

Mais d'un autre côté, ils sont 53 % à estimer que le numérique diminue leur impact et leur influence sur les collaborateurs. En 2019, ils étaient 45 % à le penser.

Conséquence : s'ils sont 55 % à partager l'idée que le numérique conduit le management à adopter une posture de coach, ce résultat est en nette baisse par rapport à 2019, où ils étaient 62 % à tirer la même conclusion.

Au passage, la proportion considérant que le numérique produit un impact négatif progresse fortement. Ils sont désormais 32 % à faire ce constat, contre 21 % en 2019.

« Une partie des managers sont moins convaincus qu’avant que les outils numériques vont leur permettre de mieux animer leurs équipes, analysent ainsi les auteurs du baromètre. L’explosion de l’usage des outils digitaux n’est donc pas corrélée avec leur sacralisation », relèvent-ils.

Une forte proportion de laissés-pour-compte

Concernant les outils collaboratifs, 41 % des interrogés déclarent les utiliser, contre 36 % en 2019, la visioconférence faisant d'ailleurs un bond à 51 %, contre 34 % deux ans plus tôt.

Mais la situation est là encore ambivalente, puisque l'enquête permet de constater que 37% de managers et 51% de non-managers ne disposent pas de tels outils collaboratifs.

Entre les déçus du numérique et ceux qui n'en disposent pas, le baromètre pointe ainsi le risque d'un décrochage ou d'une transformation à deux vitesses entre les personnes pour qui les usages collaboratifs se sont intensifiés et celles qui en sont exclues.

Promo Newsletter