Des éditeurs de veille français sur le pont du monitoring social

Les différentes études le confirment, les médias sociaux occupent une place toujours plus importante pour les consommateurs, qu'ils leur servent à entrer en contact avec les marques, à s'exprimer sur elles ou à consulter les avis des autres consommateurs. Certes, le niveau de cet engagement peut varier en fonction des études. Mais la tendance de fond est bien là.

Dans ce contexte, l'outil de monitoring social, capable de surveiller et analyser les prises de paroles sur les médias sociaux, est essentiel. Il figure d'ailleurs en bonne place dans les grandes suites de Social Marketing qui se sont constituées depuis plus d'un an.

C'est vrai pour l'offre Marketing Cloud de Salesforce avec Radian6, racheté par le spécialiste du CRM dès 2011, chez Oracle avec l'acquisition de Collective Intellect en 2012 et pour la solution Adobe Social.

Mais c'est aussi vrai pour SAP, qui dévoilait en septembre Social Contact Intelligence, une solution de monitoring social capable également d'analyser les bases internes d'une entreprise. Et ce le sera bientôt pour Microsoft : en 2014, l'éditeur a prévu de doter sa solution Dynamics CRM de capacités d'analyse de sentiments sur les réseaux sociaux, une évolution reposant sur NetBreeze, spécialiste suisse du domaine qu'il a acquis en mars dernier.

Digimind et Ami Software : des arguments pour séduire les pros du marketing

En ce mois d'octobre, c'est du côté français que les choses bougent. Non pas sur le terrain global du Social Marketing, mais justement sur celui spécifique du monitoring social, puisque deux acteurs de la veille sont à la manœuvre. L'enjeu est cependant bien de cibler principalement les professionnels du marketing.

Il y a pile quinze jours, était ainsi lancé Digimind Social, une solution en mode Saas permettant, entre autres, de suivre l'e-réputation de l'entreprise, d'évaluer l'impact de campagnes marketing, d'identifier des influenceurs, et même d'engager sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, Facebook et Google+.

Outre l'aspect prêt à l'emploi de sa plate-forme, Digimind mise aussi sur un tarif à l'usage, avec un premier prix à 399 € HT par mois pour cinq requêtes sur un sujet donné, le nombre d'utilisateurs étant donc illimité.

De son côté, avec sa plate-forme en mode Saas Ami Cloud Intelligence lancée jeudi dernier (voir notre article), Ami Software a joué la rupture plus franche avec le mode traditionnel de l'édition logiciel.

D'abord en lançant carrément une place de marché applicative, promettant de faciliter l'intégration à sa nouvelle solution de veille et monitoring social, Smart Horizons, des applications partenaires (Twitter, Facebook, etc.).

Puis en proposant un prix à la consommation de ressources informatiques, dpu (Data Processing Unit). Résultat : un package de base, facturé 180 € HT par mois (le prix de 1 dpu), permettrait à un expert et 20 lecteurs de réaliser une campagne de veille sur le lancement d'un produit. Un deuxième package, facturé 669 € HT par mois, vaudrait pour 15 dpu, permettant à 5 experts et plus de 100 lecteurs de mener tout un projet de recherche marketing.

Pour Digimind comme pour Ami Software, la stricte problématique du monitoring social n'a bien sûr rien de très nouveau. Mais on l'aura compris, dans ces deux offres différentes, c'est la souplesse d'utilisation qui est privilégiée, en même temps qu'une tarification s'éloignant de celle élevée habituellement pratiquée dans le monde traditionnel de la veille.

Deux bons points pour ces spécialistes, qui sont ainsi a priori bien armés pour séduire les professionnels du marketing. Car si le moindre geste de très grands acteurs comme Salesforce, Oracle ou encore SAP a une capacité impressionnante à se répercuter médiatiquement, sur le terrain les choses sont très très loin d'être jouées.

Promo Newsletter