Des parasites dans la Santé 2.0

Mais quelle malédiction a donc frappé le secteur de la santé ?
Quand on parle 2.0, on pense normalement participatif, collaboratif : autrement dit partage, échange, volonté d'apprendre, innover, progresser... ensemble.

C'est vrai pour l'Entreprise 2.0. Certes, ce n'est pas le monde des Bisounours, comme dit Anthony Poncier. Mais l'enjeu est quand même bien la participation de tous, qu'il s'agisse d'accroître les compétences, de créer de nouveaux business, ou simplement de travailler mieux ou dans de meilleures conditions.

C'est vrai aussi pour l'Ecole 2.0. Bien sûr les annonciateurs de solutions miracles s'y ruent en nombre. Mais au moins y a-t-il, à l'intérieur, la volonté sincère que le collaboratif puisse profiter à tous, élèves comme enseignants.

C'est vrai, enfin, pour les Collectivités 2.0. Malgré entre autres le poids des fractures numériques, fédérer l'ensemble des acteurs, associer aux décisions par le dialogue citoyen le plus large, restent les moteurs de l'ambition participative. 

Alors pourquoi, quand il est question de Santé 2.0, voit-on soudain surgir des protagonistes qui, sous couvert de mettre le patient au centre, ou de médecine participative, n'œuvrent qu'à la division ?

La santé est pourtant pleine de belles histoires collaboratives. Celles bien sûr des communautés de pratiques des professionnels de santé, sources de partage et d'apprentissage. Mais aussi celles des communautés de patients, foyers d'entraide pour mieux combattre la maladie ou mieux la vivre.

Il est vrai qu'il suffit de voir l'inquiétude de certains « promoteurs » de la santé 2.0 à l'idée que cette dernière puisse se réduire à des initiatives à but non lucratifs pour comprendre que ce qui est en jeu n'est pas l'intelligence collective.

Et que leurs projets douteux, tels ceux prétendant par exemple sélectionner l'élite de la médecine, ne peuvent au contraire prospérer que dans une démarche fondamentalement anti-collaborative, opposant volontairement d'une part les professionnels de santé entre eux, et d'autre part les patients avec ces mêmes professionnels. Au détriment d'une véritable Santé 2.0. Au détriment de la santé tout court.

Promo Newsletter