DRH : le réseau social d'entreprise sort du radar

Mais où donc en sont les RH avec les réseaux sociaux d'entreprise (RSE) ? Les arguments militant en faveur d'une implication des premières dans les seconds ne manquent pourtant pas.

Pour les DRH qui ont fait une de leurs priorités de favoriser l'intelligence collective, par exemple, impossible de passer à côté des RSE, qui en constituent aujourd'hui le médium virtuel privilégié.

Mais plus fondamentalement, les changements organisationnels et managériaux induits par les réseaux sociaux entrent par définition dans le spectre fonctionnel des ressources humaines. Cela, quel que soit le périmètre d'ailleurs : qu'il s'agisse d'un réseau social à l'échelle de l'entreprise, dans le cadre d'une stratégie globale, ou au niveau local, celui d'un département par exemple, c'est bien la nature des relations entre les différents acteurs qui est en jeu.

Bref, si la légitimité des RH à intervenir – comme initiateur, moteur, médiateur ou accompagnateur – sur des projets de réseaux sociaux d'entreprise ne fait en théorie aucun doute, qu'en est-il en pratique ?

Il ne faudra malheureusement pas compter sur la 2e édition du Baromètre des stratégies RH et des réseaux sociaux réalisé par Novamétrie et l’ANDRH pour le savoir : la notion de réseau social interne a en effet quasi-disparu de cette étude.

Un retour en arrière ?

La situation est étonnante, dans la mesure où l'une des principales conclusions de l'édition précédente, publiée en septembre 2009, était que plus de la moitié des DRH interrogés considéraient les réseaux sociaux internes comme une prirorité stratégique à l'horizon 2012.

En matière de maturité, les choses semblaient d'ailleurs avancer, puisque seuls 1/10 des DRH n'avaient pas engagé de réflexion en termes de projets sur les réseaux sociaux internes, contre 1/3 qui l'avaient fait, un autre 1/3 ayant déjà ébauché une stratégie et 1/4 mis en œuvre un projet.

Quant aux projets eux-mêmes, bien que loin de ce qu'avaient pu mettre en place certaines DSI pionnières à l'époque, ou de vrais réseaux sociaux comme ceux impliquant certaines DRH aujourd'hui, ils exploraient des pistes intéressantes : blogs d'experts et blogs métier orientés partage de meilleures pratiques et optimisation des processus internes, blogs entre managers de pays différents, et même blog entre direction générale, syndicats et délégués du personnel dans une optique d'audit sur le climat social.

18 mois plus tard, exit le RSE et les projets concrets, ne reste plus dans l'étude que la notion très générale de réseau social – regroupant réseau grand public comme Facebook, professionnel comme Linkedin ou Viadeo, et interne – ainsi qu'une foultitude de chiffres du coup difficilement interprétables.

Pour preuve, la maturité est ainsi en chute libre : seuls 9% des DRH déclarent aujourd'hui que leur entreprise a, en termes de réseau social, mis en œuvre un programme mature, 13% ébauché une stratégie et 23% engagé une réflexion. Pour 55 % d'entre eux, aucune réflexion n'est menée. Curieuse inversion de tendance...

Promo Newsletter