Du bon usage de l'anonymat dans les pratiques sociales de Solvay

L'anonymat sur une plate-forme sociale d'entreprise reste l'exception. Solvay y a pourtant recours régulièrement. Le chimiste a trouvé une façon de faire qui lui convient : elle libère la parole tout en évitant les dérives.

Tout est parti d'une initiative menée en amont d'une convention qui réunissait pendant deux jours 600 cadres supérieurs de Rhodia et Solvay. Nous étions alors à l'automne 2012, les deux groupes avaient fusionné un an plus tôt et une nouvelle structure devait être mise en place le 1er janvier 2013.

Un réseau social a été mis à disposition des managers pour leur permettre d'échanger entre eux et de remonter leurs questionnements et sujets de préoccupation et ainsi dynamiser l'événement.

L'initiative menée par la direction de la communication interne avec l'appui de Publicis Consultants fut un succès. La plate-forme Engage est toujours en place, même si les usages ne sont pas encore très développés.

En revanche, le principe d'utiliser une plate-forme sociale en amont des réunions et durant leur déroulement a été repris. Il sert aussi bien pour des présentations réunissant 800 managers, par exemple lors des réunions trimestrielles consacrées aux résultats du groupe, que pour des événements en plus petit comité.

« Nous avions dans un premier temps prôné l'anonymat absolu, mais nous avons été amenés à revoir notre position suite à des dérapages », se rappelle Martial Tardy, responsable de la communication interne de Solvay. Des réunions avaient fini par tourner à l'exercice de psychanalyse collective.

S'il est intéressant de prendre le pouls des participants, les prises de parole au cours de la réunion doivent s'inscrire dans l'ordre du jour. Le mode incognito encourageait les digressions et s'avérait finalement contre-productif.

Un mode incognito réservé à la remontée d'informations en amont de la réunion

L'approche actuelle permet de contribuer de manière anonyme dans un espace de micro-blogging, ouvert avant que se tienne l'événement. Chacun s'y sent libre de s'exprimer, sans crainte de poser une question naïve ou dérangeante.

Pour les organisateurs, c'est une précieuse source d'informations pour organiser les débats et s'assurer de répondre aux attentes de l'auditoire. L'anonymat est toutefois banni pendant la réunion. Chaque contributeur est identifié par le logiciel.

Tel quel, le système donne satisfaction, aussi bien pour des réunions à distance que celles en présentiel. Dans ce dernier cas, il est, en effet, moins intimidant de poster un message depuis son téléphone, sa tablette ou son PC que de se lever et prendre la parole en public.

Avec le développement des pratiques sociales, le mode anonyme ne sera peut-être plus nécessaire à l'avenir. Un groupe qui l'avait promu envisage aujourd'hui de l'abandonner.

Promo Newsletter