Entreprise 2.0 : un pas en avant, deux pas en arrière

Bonne nouvelle, le vent de l'accompagnement au changement commence à souffler sur les projets 2.0. Un récent sondage a beau déplorer que seules 27% des entreprises menant ce type de projet forment leurs managers aux modes de management liés au 2.0, les initiatives que nous voyons à Collaboratif-info émerger sur le terrain sont suffisamment significatives pour que cette ébauche de tendance mérite d'être signalée.

La démarche engagée par GrDF dans le cadre du déploiement de son réseau social Éo, à laquelle nous consacrons un article cette semaine (Lire), constitue d'ailleurs un bon exemple du mouvement de fond qui s'esquisse.

Parmi les indicateurs de la prise de conscience qui s'est opérée dans certaines entreprises, la chute spectaculaire de la part du budget consacré à l'outil déployé. Sachant qu'il s'agit en général de mettre en place une plate-forme unique destinée au moins à plusieurs dizaines de milliers de salariés, ce qui représente donc un coût substantiel, on peut par déduction se faire une petite idée de l'importance désormais accordée aux actions d'accompagnement au changement. Et je ne parle bien sûr pas ici de simple formation à l'outil.

Dans ces entreprises qui le plus souvent misent sur des communautés existantes pour diffuser un autre mode de fonctionnement, les animateurs de ces communautés occupent une place centrale. C'est sur eux que reposera au quotidien la démarche et, parfois, ils sont d'ailleurs associés très en amont au projet, pour apporter le point de vue des utilisateurs.

Il arrive même, phénomène nouveau, que ces animateurs de communauté reçoivent une véritable formation à la gestion du changement. Il ne s'agit plus alors de mieux les outiller sur le plan des techniques d'animation, mais bien de les mettre en capacité de savoir « négocier » sur le terrain, pour faire avancer le changement au sein des équipes et du management.

La mauvaise nouvelle, c'est que dans certains cas il ne suffit pas encore d'être au sein d'un groupe projet pour réussir à faire entendre la voix des utilisateurs. Résultat : là où les membres des communautés attendaient une solution à la Facebook qui aille juste un peu plus loin que l'outil de micro-blogging qu'ils utilisaient déjà et ne marchait pas si mal, ils se retrouvent face à un bel intranet 2.0 débordant de communication interne, noyés dans des flux d'activité à ne plus savoir qu'en faire, cherchant désespérement leur espace communautaire. Réaction d'un animateur : les chefs d'atelier de ma communauté y passeront peut-être 15 minutes la première fois mais après ils n'y reviendront pas, ils n'ont pas que ça à faire.

C'est à se demander si, avant de lancer une démarche 2.0, l'on ne devrait pas tout simplement commencer par former à la gestion du changement ceux qui vont en constituer le groupe projet. Histoire qu'ils apprennent à décentrer un peu leur point de vue, voire même à oser renverser l'échelle des valeurs, quitte à moins s'y retrouver.

En attendant, face à la belle plate-forme globale rutilante mais désertée, l'on pourra toujours se consoler que les utilisateurs trouvent par eux-mêmes un autre moyen de collaborer, comme ils l'ont d'ailleurs toujours fait. Mais sur le plan stratégique, cela aura quand même tout d'un retour à la case départ.

Promo Newsletter