Innovation participative : au-delà de la collecte d'idées

La mobilisation des salariés est une première vertu des campagnes d’innovation participative. Au Crédit Agricole du Finistère, le challenge qui avait été organisé il y a un an sur le thème de la santé et du bien vieillir a eu le mérite de sensibiliser toutes les composantes de l’entreprise, des personnes de tous âges, travaillant aussi bien au siège qu’en agences.

Les bénéfices dépassent ceux d’une traditionnelle campagne de communication. Les collaborateurs qui ont participé au challenge en ligne n’ont été pas de simples consommateurs d'informations. Ils se sont réellement emparés du sujet.

Des idées originales et audacieuses, qui n’avaient pas été envisagées par le pôle santé et bien vieillir, ont été proposées. Elles ouvrent de nouvelles perspectives en termes de services à proposer aux clients de la banque.

Cet appel à l’intelligence collective doit cependant être suivi d’effets visibles pour ne pas susciter des déceptions et risquer de compromettre de futures sollicitations.

Des salariés acteurs du changement

A minima, il convient d’informer les salariés du devenir des idées, voire de les associer à leur enrichissement (voir à ce sujet le retour d’expérience Bioderma innove en s’amusant, et ça marche !). La caisse régionale du Crédit Agricole a poussé la logique plus loin en associant les porteurs d’idées dans la mise en œuvre des projets qu’ils ont fait naître. Elle a ouvert un dispositif d'incubation interne, le retour d'expérience de cette semaine, pour accélérer la phase de concrétisation.

C’est un signal fort qui reconnaît et valorise l’engagement des salariés. Il sert la transformation de l’entreprise à moyen terme et pour des échéances plus lointaines. Lorsqu’ils reprendront leur ancien poste dans quelques mois, les intrapreneurs appréhenderont différemment leur rôle. 

Promo Newsletter