Innovation participative : le retour de la boîte à idées

Et si c'était une espèce d'ironie de l'histoire ? Alors que les démarches d'innovation participative se sont évertuées, à grand renfort de technologies communautaires et sociales notamment, à se sortir de la boîte à idées, voilà que celle-ci ressurgit.

Le mouvement n'est pas général, mais il mérite d'être souligné. Certes, il y a souvent, si ce n'est toujours, sur les plates-formes déployées par les entreprises, un petit coin pour les idées dites spontanées.

Mais il faut bien admettre que, dans la majorité des démarches d'innovation participative, le nerf de la guerre, c'est le défi, le challenge, l'innovation événementialisée, où l'on mobilise les salariés un temps déterminé.

L'ironie de l'histoire, c'est que pour passer à un stade supérieur, où l'innovation est un acte permanent, quotidien, il se pourrait bien que ce soit en réalité l'ancien principe de boîte à idées qui se révèle plus adapté.

C'est en tout cas le choix qu'a fait Spie avec sa plate-forme Sioux, sur laquelle les salariés peuvent partager leurs idées et leurs bonnes pratiques quand ils le souhaitent. Nous consacrons un article cette semaine à cette démarche.

La capitalisation, nouvel élément central

Bien sûr, ce n'est pas vraiment la vieille boîte à idées contre laquelle l'innovation participative s'est tant battue. Celle-ci est transparente. Mais ce n'est pas sa seule caractéristique.

Alors que l'on trouve aujourd'hui des solutions de management des idées offrant toutes les fonctions communautaires et sociales possibles pour favoriser la collaboration autour des idées, en déplaçant le curseur de l'innovation sur le quotidien, ce sont les besoins de capitalisation qui semblent devenir centraux.

Là encore, l'exemple de Spie est éclairant. La plate-forme Sioux s'appuie sur une solution de Knowledge Management, en l'occurrence celle du Français Ardans. Pour l'adapter à la démarche d'innovation participative, une boîte à idées lui a été greffée.

Qui plus est, si cette dernière permettait de voir les contributions de tous et de voter sur celles que l'on estime pertinentes, ce n'est que six mois après le lancement qu'une fonction commentaire a été ajoutée, en réponse aux retours utilisateurs. Comme si le changement de curseur nécessitait vraiment de se reposer les questions, plutôt que d'appliquer les recettes toutes faites sous prétexte qu'elles sont modernes.

Promo Newsletter