La gamification, ça motive !

Au départ, ils étaient plutôt dubitatifs, voire carrément sceptiques. La coopérative agro-alimentaire Groupe d’aucy, l’éditeur d’informations juridiques Wolters Kluwer et le cabinet d’audit et de conseil PwC, qui témoignaient jeudi 15 mars dans le cadre d’une matinale organisée par Sociabble, n’étaient pas convaincus de l’importance de la gamification.

Introduire une dimension ludique dans un logiciel professionnel, établir des classements, distinguer des collaborateurs en fonction de leur niveau de participation leur semblaient en décalage avec la culture de leur entreprise.

Après coup, ils se sont rangés aux arguments de l’éditeur. Ce dernier fait de la gamification une composante essentielle de son logiciel d’Employee Advocacy et de communication interne pour impliquer les utilisateurs et les amener à relayer des informations sur les réseaux sociaux et auprès de leurs collègues.

Des taux d’engagement très élevés

Le Groupe d’aucy affiche un taux d’engagement de 90%. Il l’explique par le travail d’animation et l’émulation que crée la gamification. De son côté, Wolters Kluwer, 80% de taux d’engagement, constate un pic d’activité sur la plate-forme à chaque fois qu’est publiée la liste des gagnants du mois, preuve que les utilisateurs se prennent au jeu.

Des trois entreprises, PwC est celle qui a la plus longue expérience avec le logiciel Sociabble. Elle s’est équipée il y a près de trois ans. L’importance de la gamification est jugée déterminante, surtout au début. Ensuite, il faut fidéliser, ce qui nécessite de la pédagogie et des contenus pertinents pour intéresser les utilisateurs.

Des profils d’ambassadeurs se révèlent

La gamification fonctionne d’autant mieux lorsqu’elle est couplée avec des récompenses, pécuniaires ou non. C’est le constat que dressent le groupe d’agro-alimentaire et l’éditeur juridique. Ce dernier valorise également les gagnants. Ils sont reçus une fois par trimestre par le PDG.

Les mécanismes ludiques augmentent le niveau de participation général et révèlent des collaborateurs. Chez Wolters Kluwer, parmi les plus actifs, certains vont prendre en charge l’animation de chaînes thématiques et remplacer des administrateurs qui avaient été choisis, mais n’avaient pas joué leur rôle.

Comme le confirme l’éditeur, on ne sait jamais a priori quels profils vont s’emparer de l’outil et se muer en ambassadeurs.

Promo Newsletter