Le benchmark de Spectrum Groupe reflète le dynamisme du marché des RSE

La quatrième édition du benchmark des réseaux sociaux d’entreprise (RSE) de Spectrum Groupe a livré son verdict avec ses champions dans chacun des cinq grands usages étudiés : la circulation de l’information, la coproduction de contenu, la capitalisation des connaissances, la collaboration par la conversation et la gestion d’un intranet.
 
Plus que les noms des éditeurs distingués, l’intérêt de l’étude tient à la possibilité de comparer en ligne les solutions entre elles en fonction de leurs caractéristiques techniques et d’apprécier leur adéquation aux usages définis (voir l'espace Benchmark RSE sur le site de l’entreprise de services numériques).
 
L’exercice montre, au passage, que les solutions locales rivalisent avec les ténors du marché hormis dans la coproduction de contenu, que dominent Microsoft et Google avec leurs suites bureautiques et collaboratives.

Une recomposition de l’offre

Indépendamment des résultats du benchmark, la composition du panel de solutions étudiées est révélatrice des tendances qui animent le marché. Premier enseignement : les entrants et les sortants sont nombreux.
 
Ainsi, BlueKiwi, SeeMy, Tibbr, Yoolink et Zyncro ont été écartés cette année en raison de leur absence d’évolutions, de leur retrait du marché français ou de leur disparition pure et simple.
 
Ces plates-formes généralistes ont clairement pâti de la concurrence de Microsoft. Leurs clients grands comptes ont, pour la plupart, basculé vers Office 365. On peut citer les cas de Michelin, Schneider Electric ou encore Engie.

L’offensive des ChatOps

Dans un mouvement inverse, le benchmark accueille cette année de nouveaux venus. Il s’agit essentiellement de solutions spécialisées. C’est le cas d’Intrexx, de l’Allemand United Planet, sur le segment des intranets sociaux.
 
Mais c’est dans le domaine des messageries de productivité (ou ChatOps) que les arrivées sont les plus nombreuses. Trois nouvelles solutions ont été étudiées aux côtés de Slack, le numéro un du marché avec 8 millions d’utilisateurs actifs quotidiennement.
 
Stride, le successeur d’HipChat chez Atlassian, Microsoft Teams, qui a été étudié indépendamment des autres briques d’Office 365, et IBM Watson Workplace font leur entrée dans le benchmark 2018.

Des solutions qui combinent asynchrone et synchrone

L’édition 2018 confirme l’émergence d’une nouvelle famille de plates-formes, qui associent les fonctions d’un réseau social d’entreprise et celles d’une messagerie de groupe orientée productivité.
 
Sur ce créneau, on retrouve, aux côtés du Français talkSpirit, Twist, une solution développée par Doist, Unify Circuit, le successeur de blueKiwi chez Atos, ou encore Facebook Workplace, qui a annoncé en début du mois l’intégration d’une cinquantaine d’applications, auxquelles on accèdera depuis la messagerie instantanée.
 
Le marché des plates-formes collaboratives et sociales est toujours aussi dynamique et les frontières entre les sous-familles ne cessent de se redessiner. Les acteurs locaux historiques - Elium (ex-Knowledge Plaza), eXo, Jalios et Jamespot - s’adaptent et font évoluer leur solution pour rester dans la course. 

Promo Newsletter