Le rachat de Yammer, une bonne affaire pour Microsoft

Même si rien n'est encore officiel, l'acquisition de Yammer par Microsoft, évoquée depuis plusieurs jours, se précise. Vendredi dernier, le Wall Street Journal indiquait que les deux parties s'étaient mises d'accord sur le montant de la transaction : 1,2 milliard de dollars.

Pour Microsoft, c'est l'assurance de peser davantage sur le marché des réseaux sociaux d'entreprise. Sa solution Sharepoint est d'ores et déjà prisée des grandes entreprises, notamment françaises. Après l'avoir choisie pour outiller leurs intranets, nombre d'entre elles en font leur plate-forme sociale. 

A l'usage, elles sont parfois amenées à lui adjoindre un logiciel pour renforcer la dimension conversationnelle et offrir davantage de simplicité aux utilisateurs. Elles optent alors pour Newsgator, comme Sanofi Aventis ou Renault, ou pour Calinda Software, comme Orange.

Yammer, nouveau cheval de Troie de Microsoft...

Yammer va venir étoffer l'écosystème de Microsoft. Ce dernier pourra compter sur la base installée de Yammer pour pousser Sharepoint face à ses deux grands concurrents actuels : Jive et IBM. Mais d'autres grands noms sont en embuscade : Cisco avec Quad, Tibco avec Tibbr et même Oracle qui commence à être retenu dans les appels d'offres.

Le poids de Yammer sur le marché des réseaux sociaux d'entreprise (RSE) est incontestable. Le spécialiste revendique 4 millions d'utilisateurs, dont un cinquième ont souscrit un abonnement payant.

Dans les faits, on constate que de nombreuses entreprises ont laissé – voire encourager – la propagation de Yammer dans l'entreprise afin de développer les usages sociaux avant d'opter pour un logiciel plus riche fonctionnellement. On peut citer les exemples d'Alcatel-Lucent, Devoteam ou Sodexo, trois comptes qui ont basculé dans un second temps sur Jive, plus riche fonctionnellement.

… Mais aussi un bouclier pour préserver ses plates-bandes

Si de grandes entreprises n'hésitent pas à se tourner vers d'autres solutions que Sharepoint pour outiller leur besoin de collaboration sociale, les éditeurs de réseaux sociaux d'entreprise ont inversement intégré qu'ailleurs la position de Microsoft était incontournable.

Profitant du vide relatif laissé par l'éditeur sur le terrain social, ils s'engouffrent dans la brèche et multiplient les annonces d'intégration à ses outils. Sharepoint, mais également sa suite bureautique Office.

Il y a un an déjà, Jive faisait ainsi l'acquisition d'OffiSync (voir notre article) afin de pouvoir s'intégrer à la messagerie Outlook. Et pas plus tard qu'hier, c'est Cisco qui annonçait une nouvelle version de son RSE Quad, rebaptisé pour l'occasion Cisco WebEx Social, qui s'intègre désormais aux applications Microsoft Office, dont bien sûr Outlook (voir notre article).

Mais on pourrait multiplier les exemples. En mettant la main sur Yammer, qui a récemment renforcé son intégration à ses outils (voir à ce sujet l'article que nous avions publié en avril dernier), Microsoft cherche donc aussi à profiter du vide qu'il a lui-même laissé s'installer.

En revanche, sur le terrain du Social CRM, la donne ne devrait pas beaucoup changer. Si Yammer s'intègre à Microsoft Dynamics, il faudra un peu de travail pour que leur association plus poussée aboutisse à une offre équivalente au couple Chatter-Salesforce. Et en matière de Social Marketing, Salesforce et Oracle ont pris quelques longueurs d'avance suite à leurs dernières acquisitions, Buddy Media pour le premier, Vitrue et Collective Intellect pour le second.

Mais l'acquisition de Yammer s'inscrit dans une stratégie plus globale de Microsoft dans les outils collaboratifs et de communication. Elle fait suite au rachat de Skype. Si elle arrive bien tardivement pour influer sur la prochaine version de Sharepoint, qui sera dévoilée au cours du second semestre, on attend en revanche avec impatience une prise de position de l'éditeur sur le futur du poste de travail.

Promo Newsletter