Le réseau social d'entreprise fait office de GED 2.0

Accéder plus facilement au contenu grâce à un moteur de recherche puissant. C'est l'un des arguments mis en avant par Eric Laurent, animateur RSE à l'Enseigne La Poste, pour promouvoir le réseau social Clic qu'il met à disposition des opérationnels du groupe. 

Il détaille sa démarche globale dans une interview publiée cette semaine (« Je fonctionne comme si j'étais un consultant externe »).

Bien entendu, Clic offre tous les services d'un réseau social, mais il fait également office de gestion documentaire. L'une des communautés, à la demande de son responsable, a même choisi de mettre en place des répertoires multiples.

L'intérêt est sans doute discutable, car l'accès aux documents peut se faire simplement via le moteur de recherche et le système de tags. Ce dernier a notamment l'avantage de permettre un multi-positionnement.

Ce choix est néanmoins instructif à plusieurs égards. Il traduit les attentes des utilisateurs qui entendent avoir tout sous la main depuis une même interface : le contenu, y compris documentaire, et les conversations avec leur réseau.

Il montre également que le réseau social est devenu un moyen commode d'accéder à des documents, qui étaient jusqu'alors le plus souvent éparpillés dans des répertoires partagés difficiles d'accès avec une gestion des droits grandement perfectible car calquée davantage sur l'organisation que sur les besoins effectifs des utilisateurs.

Face à cette dissémination du contenu, on a d'abord cru que la gestion de contenu d'entreprise (ECM) serait la réponse. Puis ce fut au tour du moteur de recherche de prendre le relai. Aucune des deux approches n'est parvenue à s'imposer massivement, y compris dans les grands comptes, comme l'illustre l'exemple de La Poste. 

Les efforts des éditeurs de RSE commencent à payer

Du coup, le réseau social comble un vide et se cantonne de moins en moins dans une logique unique de mise en avant des personnes. Les efforts réalisés par les éditeurs, en particulier pour s'interfacer avec les outils bureautiques et affiner des réglages de leurs moteurs de recherche, commencent à payer. 

Les réseaux sociaux d'entreprise sont devenus des outils crédibles pour postuler au titre de GED 2.0, même s'ils n'offrent pas la richesse fonctionnelle d'une véritable gestion documentaire. 

Entre parenthèses, il est intéressant de noter que le réseau social Clic s'appuie sur la nouvelle version ZEN, de blueKiwi, un éditeur qui avait tout misé sur les conversations avant de rééquilibrer son approche.

Pour les PME qui viennent au 2.0, la cause semble entendue. Elles font l'impasse sur la GED pour stocker leurs documents directement ans le réseau social. On peut parier que demain des mécanismes leur permettront d'archiver les contenus le plus critiques, comme le propose déjà en interne Bouygues Telecom depuis Newsgator.

 

Promo Newsletter