Le réseau social d'entreprise, lieu de mémoire

Des mouvements antagonistes animent l'univers des plates-formes sociales professionnelles. Il y a, d'un côté, des réseaux sociaux d'entreprise (RSE) généralistes, qui cherchent à couvrir à un domaine toujours plus large : depuis la communication d'entreprise jusqu'à l'outillage de processus métier en passant par la gestion des compétences.

Cette course à l'enrichissement fonctionnel se fait bien souvent au détriment d'une facilité d'utilisation. C'était l'une des spécificités originelles des RSE qui les distinguait de la plupart des logiciels d'entreprise.

En réaction, sont apparues des solutions plus épurées se concentrant sur les basiques : mettre en relation les personnes et leur donner les moyens d'échanger simplement, en privilégiant de plus en plus souvent les échanges synchrones. On pense évidemment à Slack, Facebook at Work et, côté français, à talkSpirit.

Communautés pérennes et éphémères

On observe une autre tendance qui, si elle n'est pas nouvelle, n'en est pas moins dynamique : le développement de solutions spécialisées qui embarquent des mécanismes sociaux et les inscrivent dans des scénarios d'usage pour adresser des besoins précis.

La plate-forme Ayno, un Serious Game dédié à l'innovation participative, s'inscrit dans cette mouvance. La solution a été adoptée par plusieurs grandes entreprises françaises, dont le laboratoire Bioderma (voir à ce sujet notre retour d'expérience de cette semaine).

La nouveauté est l'existence de passerelles entre ces solutions. Ainsi, pour répondre à l'attente de grands groupe, Ayno permet de reverser dans des communautés pérennes d'un RSE (Jive ou Yammer) les échanges qui se sont déroulés à l'occasion de campagnes d'innovation éphémères. Celles-ci ne durent en général que quelques semaines.

C'est un moyen de venir alimenter en contenu des réseaux sociaux d'entreprise, qui deviennent la mémoire des multiples échanges entre les collaborateurs. Il reste encore beaucoup à faire pour enrichir cette phase de capitalisation, en intégrant l'ensemble des interactions sociales, mais cette évolution, longtemps attendue, commence à prendre forme.

Des groupes d'experts peuplés automatiquement

Cette capitalisation emprunte aussi des chemins plus inattendus. Pour un grand compte français, Popsi'it, l'éditeur d'Ayno, a développé un outil de cartographie des compétences. Les profils des experts n'alimentent pas une quelconque base de données, mais ils viennent automatiquement peupler des communautés d'un RSE, en l'occurence Yammer.

L'accès aux compétences, un enjeu pour toutes les grandes entreprises, s'en trouve grandement simplifié. Le seul fait qu'une personne appartienne à un groupe justifie de son autorité sur un sujet. Une initiative originale qui a le mérite de la simplicité.

Promo Newsletter