Le retour en grâce des réseaux sociaux

Mi-février dernier, une pluie de critiques s'abattaient sur eux. En pleine affaire Griveaux, certains dénonçaient leur extrême viralité, la possibilité de s'y exprimer de manière anonyme. Deux mois plus tard, le confinement a balayé les velléités de contrôle des réseaux sociaux.

Dans les médias, l'on s'émerveille du partage à grande échelle de videos pour se confectionner un masque de protection. L'on recommande les pages Instagram ou Facebook distillant des conseils pour bien vivre le confinement. L'on découvre que les réseaux sociaux sont là pour garder le lien avec les autres.

Une majorité de Français (55%) auraient d'ailleurs du mal à vivre le confinement sans les réseaux sociaux, révèle une enquête CSA réalisée fin mars pour Linkedin.

Un sentiment dominant chez les plus jeunes (18-24 ans), mais 54 % des 50-64 ans reconnaissent que leur utilisation des réseaux sociaux s'est accru.

« Tout se passe comme si cette période si particulière était le ferment d’une acculturation massive et accélérée de très nombreux Français de tous âges aux outils digitaux, dont les réseaux sociaux font partie », anlysent les auteurs de l'étude.

Un lieu de partage et réunion virtuelle

Dans le trio de tête des motifs d'utilisation des réseaux sociaux figure d'abord garder le lien avec ses amis arrive en tête (53%), suivi de se distraire (52%) et prendre des nouvelles de ses proches (50%).

Un Français sur trois (45 % des 35-49 ans) y partage des photos, des videos ou contenus distrayants et une même proportion s'y réunit virtuellement avec ses amis et sa famille.

Ils sont aussi 27 % a y relayer des informations sur la situation actuelles et 14 % à faire du sport, par leur intermédiaire, pour se maintenir en forme (25 % chez les moins de 35 ans).

Les réseaux sociaux professionnels n'échappent pas à la tendance. Les interrogés sont ainsi 33 % à déclarer qu'ils leur permettent de garder le lien avec leurs contacts professionnels, de planifier des réunions virtuelles (24%) ou, encore, d’organiser plus facilement son travail avec leurs collègues (23%).

Et les réseaux sociaux d'entreprise ? L'étude n'aborde pas la question. Mais au début du confinement, l'un des responsables du réseau social interne d'Orange, Plazza, diffusait sur son compte Twitter un graphique montrant la progression de l'activité sur cette plate-forme. La courbe d'utilisation hebdomadaire était explosive, avec près de 75 000 connectés, et plus d'1 million de pages vues.

Promo Newsletter