Les DRH voient un «après» de grands changements

La crise du covid-19 et l'expérience du confinement ont-elles sonné l'heure des grandes transformations organisationnelles et managériales dans les entreprises ? C'est ce que suggère une enquête réalisée début juin par l'ANDRH et le BCG : « Covid : le futur du travail vu par les DRH ».

Après le passage ponctuel mais à grande échelle des salariés en télétravail, le développement pérenne de ce dernier est ainsi considéré comme souhaitable par 85 % des 458 DRH français interrogés, avec à la clé un profond bouleversement des pratiques managériales et des modes de travail, estiment-ils respectivement à 93 % et 80 %.

Comment va évoluer le rôle du manager ? Ici, rien de vraiment nouveau, si ce n'est tout de même le niveau de consensus désormais atteint. En tête, par exemple, figure « donner du sens et motiver », cité par 96 % des DRH. Dans une enquête menée en 2019, ils n'étaient encore que 60 % à faire la même réponse.

Autre exemple, ils sont désormais 93 % à juger que le manager doit être un facilitateur, contre 44 % en 2019.

Des expérimentations de nouveaux modes de travail

Côté organisationnel, le changement devrait se traduire principalement par plus d'autonomie donné aux collaborateurx (pour 87 % des DRH), plus de transparence dans l'avancement des tâches (59%), plus de collaboration entre les équipes (59%) et plus de travail en équipe projet (44%).

Si les entreprises ont testé massivement le télétravail avec la crise sanitaire, elles sont en revanche une minorité (25%) à avoir profiter de l'occasion pour expérimenter aussi de nouveaux modes de travail : agile, Lean ou Design Thinking, signale l'enquête.

Une expérience que 71 % des DRH concernés comptent là aussi pérenniser, même si les velléités semblent ici plus timides.

Alors que 60 % de l'ensemble des interrogés prévoient que le télétravail pourra concerner au minimum 25 % de l'entreprise (75 %, pour 9 % des entreprises), ceux ayant expérimenté de nouveaux modes de travail ne sont que 18 % à les envisager à l'échelle de l'entreprise et 22 % pour une partie significative.

Pour 32 % des interrogés, ces nouveaux modes de travail ne devraient concerner que quelques équipes seulement, quand 29 % ne souhaitent donc pas renouveler l'expérience.

Promo Newsletter