Les vertus de l'innovation collaborative

Tous les collaborateurs ont des idées et, parmi elles, certaines peuvent se révéler bénéfiques pour l'entreprise. Ce principe simple est à la base de l'innovation participative, mais aussi en partie du Knowledge Management.

Dans l'une et l'autre de ces démarches, l'enjeu est de faire profiter l'entreprise de la richesse que peuvent lui apporter ses collaborateurs, que leurs idées soient jusque-là restées coincées dans leur tête faute de trouver voie pour se concrétiser ou qu'elles aient déjà été mises en œuvre mais mériteraient de se diffuser davantage dans l'organisation.

S'enrichir du point de vue et des compétences des autres constitue une autre vertu de l'innovation collaborative. A travers les différents types de démarches mises en place – plate-forme 2.0, atelier de créativité, hackathon, Fablab, etc., chacun participe en intégrant les spécificités de l'autre : ses connaissances, son expérience, son métier, ses attentes, ses objections… L'enjeu étant d'aboutir à la solution qui soit la plus pertinente, au meilleur compromis si ce n'est à la solution idéale.

Dans ce monde merveilleux de l'innovation collaborative, il faut bien sûr faire aussi avec les embûches. Sinon ce serait trop simple. Celles-ci ne sont en réalité pas très nombreuses. En revanche, elles se révèlent plutôt coriaces.

Il faut déjà surmonter la barrière hiérarchique. Même avec un manager bienveillant et moteur, ce n'est pas chose facile. Les habitudes ont la peau dure.

Il faut ensuite passer les barrières statutaires. Par exemple accepter que la parole du collègue non expert vale autant que celle de l'expert. Que le client puisse savoir ce qu'il veut ou ne veut pas. Voire que des compétences externes puissent avoir un point de vue enrichissant pour l'interne.

Une voie de progression pour tous

C'est d'ailleurs dans cette dynamique pour intégrer le point de vue de l'autre que l'innovation collaborative révèle une autre de ses vertus, celle de faire progresser tous les acteurs. Une dimension que la société Ssinergie, filiale d'Engie spécialisée dans la sobriété énergétique et le bâtiment connecté, a pu expérimenter dans une démarche de Makestorming dont nous rendons compte cette semaine dans un article.

« Faire participer à ce Makestorming des profils différents et non experts aura aidé à faire mûrir la question de la sobriété énergétique en interne, à rendre le sujet plus commun, constate ainsi le dirigeant de Ssinergie. Ce type de sujet est souvent un peu abstrait. Il y a toujours des initiés convaincus, mais quand vous voulez impliquer l'ensemble de la population, vous vous retrouvez avec des personnes qui en sont très loin, voire qui peuvent être réfractaires au sujet. Le numérique ne fait pas rêver tout le monde... »

De fait, l'enjeu de l'innovation collaborative n'est pas de donner la parole à ceux qui ne l'ont pas sous prétexte que, de ce seul fait, cette parole vaudrait plus que celle de ceux ayant déjà voix au chapitre. L'innovation collaborative n'est pas une démarche populiste. C'est une dynamique où experts et non experts s'enrichissent réciproquement. Une dynamique qui profite à tous et fédératrice.

Promo Newsletter