Lucene, le moteur qu'on ne cache plus

Lucene s'est offert une belle promotion la semaine dernière. Dans un billet publié sur son blog le 6 octobre, Twitter faisait savoir qu'il abandonnait son système de recherche basé sur MySQL au profit du moteur open source. Une information relayée via des centaines de tweets dans les jours qui ont suivi.

Etre choisi par Twitter, c'est gagner une référence de tout premier plan. Mais c'est surtout mettre en évidence les qualités de son logiciel. Les besoins du service de micro-blogging en matière de recherche sont tout simplement énormes : il traite plus de un milliard de requêtes par jour avec un délai d'indexation inférieur à 10 secondes. Et Twitter indique être en mesure de traiter cinquante fois de plus requêtes avec sa nouvelle architecture.

Un atout commercial pour les partenaires du spécialiste de l'open source

Lucene devrait également bénéficier des améliorations apportées par Twitter pour réhausser les performances. Autant dire que les entreprises qui sont équipées de ce moteur de recherche open source n'ont pas à se soucier de ses capacités à monter en puissance.

L'importance de l'annonce n'a d'ailleurs pas échappé aux éditeurs partenaires de Lucene. Certains ont profité du ramdam pour rappeler qu'eux aussi avaient fait le choix de ce moteur. Il semble bien loin le temps où Lucene était à peine mentionné dans les solutions.

Et pourtant, l'éditeur français Polyspot, dont la plate-forme de recherche s'appuie sur le moteur open source, a senti que la perception du marché avait changé cette année avec la sortie de la version 3.0. Mentionner la présence de Lucene dans sa solution n'est devenu que récemment un argument auquel les entreprises sont sensibles.

OpenText aussi fait appel à Lucene

Du côté des grands éditeurs, on se montre moins prolixe. Même un IBM, qui entretient pourtant des relations étroites avec le moteur de recherche open source via la fondation Apache. Il a repris quelques-uns des choix techniques dans son logiciel Omnifind.

OpenText se montre encore plus discret. Il faut dire que l'open source n'est pas franchement la tasse de thé du géant de la gestion de contenu d'entreprise, en première ligne face aux éditeurs de logiciels libres.

Il n'empêche que pour son nouveau service en ligne OpenText Semantic Navigation, l'éditeur canadien s'appuie sur la technologie de Nstein (société qu'il a acquise en mai dernier) pour enrichir le contenu de métadonnées sémantiques, et sur Lucene pour la phase d'indexation.

Une autre belle reconnaissance pour Lucene de la part d'un pionnier des moteurs de recherche.

Promo Newsletter