L'utilisateur de RSE, plus collaboratif que la moyenne

Bonne nouvelle : les logiciels collaboratifs remplissent leur fonction. Ce n'est pas un éditeur qui l'affirme, mais la conclusion d'une étude menée par OpinionWay pour le compte d'Axys Consultants.

Interrogés en juin dernier, les 2044 salariés appartenant à des organisations de plus mille employés mettent en avant trois usages bonifiés : la communication entre collaborateurs, le partage de connaissances (bonnes pratiques, retours d'expériences...) et la circulation de l'information entre départements.

Ce sont ces mêmes bénéfices qui sont placés en tête de liste, mais de manière plus marquée, par 502 des utilisateurs sondés, ceux qui déclarent se servir également d'un réseau social d'entreprise (RSE).

Quels que soient les usages, ces « supers utilisateurs », comme les qualifient les auteurs de l'étude, sont proportionnellement plus nombreux à souligner les bienfaits des outils collaboratifs, grande famille dans laquelle figurent l'intranet, les services de communication en temps réel, la gestion de tâches, le partage de documents et le RSE.

Usage et satisfaction vont de pair

Cette frange d'utilisateurs juge de manière plus positive que leurs collègues l'utilité des logiciels mis à leur disposition. On observe au passage qu'ils en font aussi un usage plus large et plus intensif.

De fait, plus les outils sont utilisés, plus ils semblent appréciés. Il n'est pas certain que l'on observe la même corrélation dans d'autres domaines informatiques, en particulier pour les CRM ou les ERP qui sont imposés aux salariés.

Ces 502 utilisateurs ont des pratiques diversifiées. La plupart utilisent au minium quatre logiciels collaboratifs. Le RSE n'a donc pas éclipsé tous les autres outils, même s'il a sans doute largement mordu sur la messagerie.

Une grosse majorité (54%) se sert de ces outils au moins une heure par jour et un bon quart (27%) au moins deux heures par jour. Des chiffres appelés à croître puisque 12% prévoient d'avoir un usage plus intensif.

Comme d'autres logiciels collaboratifs, le RSE est cependant loin d'avoir fait le plein. Sa mise à disposition ne signifie pas adoption automatique.

Le profil type : un cadre de 40 à 45 ans

L'étude révèle, de manière surprenante, que sa non utilisation est moins importante que pour la messagerie instantanée ou la vidéo-conférence, pourtant présentes depuis plus longtemps en entreprise.

On apprend également que le profil type de l'utilisateur du réseau social par rapport aux utilisateurs des autres outils collaboratifs ne se distingue que sur un point : son statut dans l'entreprise.

Les cadres supérieurs et les agents de maîtrise sont sur-représentés par rapport aux autres catégories d'employés. En revanche, l'âge n'est pas discriminant.

L'étude, un fichier de PDF de 30 pages, peut être consultée librement sur le site d'OpinionWay.

Promo Newsletter