Mettez des arbres pour faire fleurir les idées !

Les solutions logicielles de management des idées 2.0 ont inauguré une nouvelle vie pour les démarches d'innovation participative, les rendant plus collaboratives. Grâce à elles, les salariés impliqués peuvent découvrir les idées proposées par leurs collègues, les commenter, voter pour elles.

Comme nous l'avons constaté dans nombre d'articles retour d'expérience que nous avons consacré à ce sujet, ces plates-formes contribuent à donner corps à une intelligence collective tant recherchée, en favorisant souvent de véritables discussions autour des idées et, parfois, en facilitant l'implication au-delà de ce stade, des salariés pouvant s'approprier une idée pour mieux la formaliser et lui donner toutes les chances de se concrétiser.

La rapidité avec laquelle les démarches d'innovation participative s'emparent de ces solutions reste cependant très variable au regard de l'ancienneté de ces dernières, même si le mouvement semble s'être accéléré. Un exemple parmi d'autres : à la SNCF, ce n'est qu'en 2013 qu'une telle plate-forme a été adoptée, alors que l'innovation participative y existe presque depuis la création de l'entreprise et qu'elle y est montée en puissance au début des années 2000.

A ce rythme assez lent d'appropriation, il faut ajouter le fait que les capacités collaboratives de ces plates-formes ne sont pas toujours mises à profit sur l'ensemble du périmètre de l'entreprise, nombre de salariés que l'on souhaite mobiliser n'étant pas équipés d'un ordinateur.

Alors que des applications mobiles liées à ce type de solutions ou des postes mis en commun, par exemple dans une salle de repos, permettent de plus en plus de passer cette barrière de la déconnexion, il faut bien constater que, souvent, les idées remontent des salariés via un bout de papier transmis à un manager, qui se charge, lui, de les intégrer au système de dépôt d'idées. Une pratique bien déconcertante en ces temps de transformation numérique et d'innovation collaborative.

Sortir du numérique

Mais, finalement, le numérique n'est pas tout. Et s'il peut être un passage obligé, par commodité, à un certain stade du traitement des idées, rien n'interdit de le zapper plus en amont, comme le montre la démarche originale d'innovation participative menée chez Keolis Lyon.

Dans cette filiale du groupe de transport public, non seulement la boîte à idée à la disposition des salariés n'est pas 2.0, mais elle ne prend même pas la forme d'une boîte.

Dans un métier où 75 % des salariés sont des gens de terrain, notamment des conducteurs et des contrôleurs de bus, métro et tramways, c'est un autre dispositif que les pilotes de la démarche ont imaginé.

La première année, ce sont des fils qui ont été installés dans les salles de repos des différents sites. Des fils qui se transformaient en guirlande d'idées au fur et à mesure que les collaborateurs venaient y accrocher les leurs. Et l'année dernière, ce sont des arbres fruitiers placés sur les 13 sites de l'entreprise que les salariés étaient invités à faire fleurir d'idées.

« Tous les ans, nous essayons de trouver un dispositif sympa différent, explique une animatrice de la démarche. On dit toujours que la créativité passe aussi par la vue et le toucher. C'est pourquoi nous avons fait ce choix, plutôt que de mettre à disposition une plate-forme informatique. A charge pour l'équipe qui pilote la démarche d'intégrer dans cette dernière les idées des salariés. »

Quant à la vie de la démarche, elle passe par des animations organisées sur chaque site auxquelles tous les salariés sont invités à participer. Un moment privilégié pour leur expliquer la démarche, les aider à être créatifs et déposer leurs idées.

Une bouffée d'humanité non numérisée.

PS : Collaboratif-info interrompt ses publications pour l'été et sera de retour pour une nouvelle édition la semaine du 24 août. Bonnes vacances à tous !

Promo Newsletter