Office 365, incontournable pour les petits comme les grands éditeurs

Microsoft a réussi son pari : imposer Office 365 sur le web, comme il l'avait fait avec Office sur les postes de travail. Les entreprises sont conquises, les éditeurs suivent. Comme d'autres, Azendoo et SAP ont annoncé à leur tour une intégration avec la suite bureautique et collaborative en ligne de l'éditeur de Redmond.

Spécialiste de la gestion des tâches en mode collaboratif, Azendoo se connecte avec les briques d'Office 365. Un message reçu dans sa boîte aux lettres Outlook peut être converti en action à effectuer et partagé entre les membres d'une équipe.

Après Box et Dropbox, l'éditeur bordelais s'ouvre à l'espace de stockage partagé OneDrive, l'une des briques d'Office 365, permettant ainsi d'attacher à une tâche ou à un message un document sur lequel plusieurs collaborateurs peuvent intervenir en simultané.

Dans un billet publié sur le blog d'Azendoo, Frédéric Charles, directeur stratégie digitale & innovation de Suez Smart Solutions, revient sur les avantages de l'association des deux outils pour le pilotage des projets au quotidien : un partage en contexte des documents et une collaboration simplifiée pour les équipes.

Les applications métiers SAP se lient aux outils de Microsoft

L'intérêt des petits éditeurs se vérifie aussi chez les grands. SAP et Microsoft se connaissent bien et sont partenaires de longue date. De nouvelles intégrations ont été annoncées entre Office 365 et les solutions Cloud de SAP : Ariba (gestion des achats), Concur (gestion des déplacements et des frais professionnels), Fieldglass (recrutement et suivi des intérimaires) et SuccessFactors (gestion des ressources humaines).

L'objectif est de simplifier la tâche des utilisateurs métiers en leur évitant d'avoir à jongler entre différents logiciels. Il est prévu de pouvoir réserver un voyage depuis le calendrier d'Office 365, d'extraire automatiquement des factures contenues dans les e-mails, de passer des appels Skype depuis le gestionnaire des achats fournisseurs… Il faudra toutefois attendre le troisième trimestre pour constater de visu les scénarios proposés.

Les éditeurs ne sont pas les seuls à prendre acte de la position dominante d'Office 365. Les cabinets de conseil, qui tendent à outiller leurs prestations, ont, pour certains d'entre eux, développé des packages mêlant logiciel et services conçus spécifiquement pour la suite de Microsoft.

Qu'il paraît loin le temps où Microsoft était moqué pour son incapacité à prendre le virage Cloud. Il est aujourd'hui courtisé.

Promo Newsletter