Réseau social : les clients font bouger les lignes

Les dernières semaines ont été riches en nouveautés chez les éditeurs de réseaux sociaux d'entreprise (RSE). Une nouvelle version majeure de Jive, une mise à jour importante chez blueKiwi, des enrichissements fonctionnels chez Knowledge Plaza et Yoolink, mais aussi chez BroadVision (Clearvale) ou Jamespot. 

Chaque RSE conserve ses spécificités (les atouts de Jive ne sont pas ceux de blueKiwi, ceux de Yoolink diffèrent de ceux de Jamespot...),  il n'empêche que ces nouvelles versions mettent en évidence un rapprochement des solutions tant sur le plan fonctionnel que sur celui de la mise en scène de l'information.

Les lignes bougent et les bonnes pratiques validées par les entreprises passent d'un éditeur à l'autre, à l'instar de ce qu'on observe dans les médias sociaux sur le web. Ainsi, la version 5 de Jive met désormais en avant le flux d'activité. « Jive a longtemps gardé une mise en scène centrée sur le document, mais s'en libère cette année avec la refonte de son interface et de sa logique de navigation », observe Thomas Poinsot, consultant chez Useo, dans un billet intitulé Jive 5.0 se recentre sur la conversation.

A l'opposé, blueKiwi, chantre de la conversation, améliore sa gestion des documents - un point sur lequel il était critiqué - dans la version 10.5 de sa plate-forme.  Grâce au partenariat avec Entropysoft, un spécialiste des connecteurs, il propose un module pour exploiter le contenu de Sharepoint, de Livelink, Documentum... Il permet, en outre, de créer sa propre arborescence de dossiers. 

De nouveaux raffinements dans les flux d'activité

Le flux d'activité s'impose comme l'interface d'entrée dans le réseau social. Ce qui nécessite toutefois d'intégrer des mécanismes de filtrage pour ne pas submerger les utilisateurs d'informations non souhaitées. C'est l'une des améliorations de la dernière mise à jour de Clearvale, le réseau social de BroadVision.

Au filtrage qu'il proposait déjà, Yoolink a ajouté la fonction Top Info pour mettre en avant une contribution importante, quelle que soit sa nature (un message, une note, un lien, un fichier...). Elle s'affiche sur un aplat de couleur et reste en tête de liste tant que l'utilisateur ne l'a pas retirée ou que l'administrateur n'a pas modifié son statut. 

Jamespot propose un mécanisme semblable pour hiérarchiser l'information. Les articles peuvent être publiés en une, juste en dessous de la une, ou en dernière position. 

Communautés privées : une demande des entreprises

Autre changement notable chez Yoolink, l'apparition des communautés privées, ce que propose déjà de nombreux éditeurs de RSE. Cet enrichissement fonctionnel fait suite à une demande des clients. S'il a répondu à leur attente, l'éditeur n'encourage pas pour autant la mise en place de communautés privées dans un premier temps, ceci afin d'éviter que se recréent des silos. 

On a effectivement pu constater dans des entreprises une tendance à répliquer d'anciennes pratiques dans le réseau social avec une multiplication d'espaces privatifs nuisant au partage de l'information. 

La question des silos fait néanmoins débat avec des visions différentes selon les éditeurs du rôle d'un RSE (voir à ce sujet le billet d'Alain Garnier, PDG de Jamespot, Les réseaux sociaux ne casseront pas les silos).

Même si tous ces acteurs sont régulièrement mis en concurrence, leurs plus belles réussites diffèrent radicalement et traduisent non seulement les atouts de leurs solutions, mais aussi leurs visions et leurs convictions d'acteurs du 2.0. 

Enfin, s'il fallait une dernière preuve supplémentaire de l'influence grandissante qu'exercent les entreprises sur les RSE, elle est fournie par Yoolink et Knowledge Plaza. Chacun d'eux a ajouté la messagerie instantanée à son RSE pour répondre aux besoins d'un client. 

 

 

Promo Newsletter