Social KM : ce que nous apprennent l'Oréal et le groupe Adeo

Knowledge Plaza avait choisi Paris pour commencer sa mini-tournée européenne avant d'enchaîner sur la Belgique et la Suisse. L'occasion de revenir sur l'acquisition de Hyperweek et de présenter les nouveautés de la version 3.5 de sa plate-forme sociale.

En fait, l'essentiel de l'événement fut consacré aux témoignages de deux clients : le groupe de distribution Adeo (Leroy Merlin, Bricoman...) et l'Oréal. Ces sociétés s'expriment rarement sur leurs initiatives 2.0 et c'est bien dommage, car les projets présentés, même s'ils n'en sont qu'à leurs débuts, sont riches d'enseignements.

On retient, tout d'abord, qu'il y a de la place pour une solution spécialisée (Knowledge Plaza met l'accent sur la gestion des connaissances) dans un grand groupe, quand bien même est envisagé le déploiement d'un réseau social à très grande échelle. 

L'urbanisation du SI social – un sujet qui intéresse de plus en plus les entreprises - ne débouche pas nécessairement sur la mise en place d'une plate-forme unique. 

Le partage de connaissances au service de l'innovation

Ces deux retours d'expérience montrent également que l'innovation et le partage de connaissances constituent des enjeux forts pour de nombreux métiers et ne sont pas l'apanage d'un service en particulier.

Chez l'Oréal, le service Recherche et Développement des Procédés, une petite équipe d'une quinzaine de personnes rattachée à la Direction des Opérations, contribue au développement de nouveaux produits cosmétiques. L'innovation ne vient pas seulement des laboratoires ou du packaging mais, de plus en plus souvent, des procédés de fabrication.

Le service avait besoin d'une solution orientée gestion des connaissance pour capturer des informations (de veille notamment), les organiser, leur apporter du contexte et les partager simplement avec des correspondants au sein de différentes entités du groupe. 

Dans le cas du groupe Adeo, le choix de Knowledge Plaza a été dicté par le besoin d'outiller un programme de réflexion visant à dessiner une vision partagée des achats, de la chaîne logistique et des produits à un horizon de dix ans.

L'enjeu est triple : faire émerger un vision commune au sein d'un groupe qui accorde une large autonomie aux entités locales, la faire partager en associant les collaborateurs aux prises de décision et, enfin, commencer à la décliner via des actions et se frotter au changement.

Le groupe avait entamé la démarche avant de s'équiper d'une plate-forme sociale, mais il lui fallait un outil pour capitaliser autour des échanges, réunir un millier de collaborateurs en ligne et conduire  les premières actions.

Privilégier les visuels pour la communication et la restitution 

S'inspirant des retours d'expérience d'autres clients de Knwoledge Plaza, de Lafarge en particulier, le groupe Adeo a soigné la communication autour de son projet. Il a notamment créé des affiches avec des QR codes, pointant vers des espaces du réseau social, pour faire connaître son initiative. 

A l'usage, il constate, comme d'autres entreprises, que le dynamisme des groupes repose pour une bonne part sur les épaules de l'animateur.

L'Oréal insiste également sur l'importance de la dimension visuelle. Le contenu déposé dans la plate-forme peut être consulté via des vignettes. Un moyen plus simple de communiquer dans un contexte multilingue. Les tags servant alors à créer un vocabulaire commun compris par tous. 

Dans cette logique de favoriser l'appropriation de la connaissance, l'industriel a même développé eune application de cartographie des brevets en s'appuyant sur les tags pour filtrer l'information. Une innovation qui pourrait inspirer l'éditeur ? 

Promo Newsletter