« Toujours là, dix ans après ! »

Mardi 16 avril, talkSpirit réunit dans le nord-est parisien ses clients et partenaires. Son dirigeant et fondateur, Philippe Pinault, lance à l’audience : « Nous sommes toujours là, dix ans près notre lancement ! ».

Le message se penche sur le passé pour mieux parler d’avenir. Il vise à battre en brèche l’idée selon laquelle un éditeur local ne pourrait se développer durablement sur un marché dominé par quelques géants venus d’Outre-Atlantique. Une ritournelle maintes fois entendue.

Au cours de la dernière décennie, Microsoft, IBM et Jive devaient écraser la concurrence. Depuis, IBM a opéré un virage stratégique et cédé son réseau social d’entreprise vieillissant à une société indienne. Quant à l’avenir de Jive, il laisse de nombreux observateurs circonspects depuis sa reprise par un fonds texan. Aujourd'hui, seul Microsoft joue encore les premiers rôles avec désormais Google et Facebook comme principaux challengers.

Ancienne et nouvelle vagues

Certes, les rangs des pionniers français du réseau social d’entreprise se sont clairsemés ces dernières années, mais c’est aussi le cas chez les éditeurs internationaux, dont nombre sont retournés à leur domaine d’expertise premier après avoir tenté, sans succès, de percer dans la collaboration.

Elium (ex-Knowledge Plaza), Jalios, Jamespot et talkSpirit sont, en revanche, toujours là, rejoints par Lumapps, Powell 365 ou Klaxoon, pour ne citer que quelques-uns des nouveaux représentants parmi les spécialistes français de la collaboration.

Des logiciels qui continuent d’évoluer

Pour en revenir à talkSpirit, l’éditeur a présenté sa feuille de route des prochains mois et les dernières nouveautés fonctionnelles. On retient notamment la possibilité d’inviter automatiquement des utilisateurs à rejoindre des groupes en fonction d’informations piochées dans leur fiche profil. Bien pratique pour peupler des communautés thématiques ou locales et accélérer leur montée en puissance.

Dans un autre registre, l’éditeur a montré comment, une fois talkSpirit lié à Trello, un post peut être converti en carte dans ce derrnier et chaque action sur cette carte génère un commentaire dans le mur d’activités du réseau social. L’idée d’interagir avec des applications tierces, notamment métier, n’est pas nouvelle, mais elle est plus facile à mettre en œuvre aujourd’hui.

Les clients y viennent timidement. Ceux qui ont témoigné lors de la matinée avaient intégré des réseaux sociaux grand public dans le flux d’activité de talkSipirit. La prochaine étape est le passage du hub d’informations à celui d’interactions.

Promo Newsletter