Tous pilotes grâce au tableau de bord personnel !

Le tableau de bord personnel pourrait être une des tendances de l'année 2016, si l'on se fie aux initiatives de deux grands acteurs informatiques.

En début de semaine, Microsoft a dévoilé Delve Analytics lors de sa grand-messe européenne Convergence, qui se tenait à Barcelone.

L'ambition de ce nouvel outil de la suite Office 365 est de fournir à chaque utilisateur une vue synthétique de son activité quotidienne et de lui donner les moyens de la piloter.

Dans sa première mouture, Delve Anaytics affiche quatre grands indicateurs : le temps passé en réunion, ceux consacrés à traiter ses e-mails et à travailler en dehors des heures de bureau et celui qui reste pour se concentrer sur tâches nécessitant de ne pas être interrompu.

Se fixer ses propres objectifs d'amélioration

Dès lors, l'utilisateur est en mesure d'apprécier combien certaines tâches s'avèrent chronophages – ce qu'il pressent sans pouvoir le quantifier - et de se fixer lui-même des objectifs d'amélioration.

Il peut effectuer des zooms, par exemple sur le nombre d'heures passées dans des meetings jugés inefficaces.

Sont comptabilisés dans cette catégorie ceux pendant lesquels l'utilisateur a correspondu par mail ou tchat, ceux qui se tenaient en parallèle, ceux qui étaient redondants, ceux auxquels était convié un trop grand nombre de personnes.

Nul miracle dans ces calculs, mais une digestion des informations collectées dans Office Graph, la mémoire d'Office 365, qui collecte et agrège les activités de la plupart des outils de la suite en ligne, en particulier la messagerie.

Ce qui permet, par exemple, de calculer les temps de réponse moyens aux e-mails reçus et envoyés.

L'entreprise est libre d'activer ou non Delve Analytics et chaque utilisateur peut refuser que soit établi son tableau de bord personnel, dont les informations ne sont visibles que de lui.

Il n'est pas sûr pour autant que les entreprises accueillent ce nouveau module à bras ouverts. L'arrivée des réseaux sociaux d'entreprise avaient en leur temps suscité de nombreuses craintes liées aux risques de surveillance des salariés.

Un Personal Social Dashboard chez IBM

IBM propose également un tableau de bord personnel, dédié uniquement à son réseau social Connections. A l'instar de Delve Analytics, Personal Social Dahsboard (PSD) trace les activités, mais la finalité diffère.

Il ne s'agit pas de donner les moyens à chacun d'améliorer sa productivité individuelle, mais de développer ses pratiques collaboratives en permettant de suivre son indice social.

Pour cela, IBM établit un score d'engagement, savant calcul qui compile des données de quatre types : l'activité, les réactions qu'elles suscitent, l'éminence, qui mesure la reconnaissance à travers des mentions par exemple, et l'importance de son réseau à travers son amplitude, sa diversité...

Plus que le score lui-même, il est intéressant de suivre son évolution et de se comparer avec la moyenne des utilisateurs de l'entreprise ou d'un service en particulier.

Comme dans le cas de Microsoft, le tableau de bord personnel n'est visible que par l'utilisateur concerné, ses collègues et managers n'y ont pas accès.

PSD, utilisé en interne chez IBM, est également en test chez quelques grands comptes qui cherchent à développer l'engagement de leurs salariés.

Ces deux initiatives misent sur l'individu auquel il propose des outils de mesure pour l'aider à modifier ses comportements et à développer de nouvelles aptitudes. Un beau challenge !

Promo Newsletter