TPE-PME, une présence sur le web forte mais lacunaire

Le contraire serait étonnant : la grande majorité des TPE-PME françaises (92 %) considèrent leur présence sur internet comme une nécessité, révèle une enquête menée par l'Afnic (association française pour le nommage internet en coopération).

La vocation de cette présence ? En tête pouvoir présenter son activité (63%), puis être facilement trouvé (48%) et communiquer avec ses clients et prospects (40 %, un taux qui monte à 52 % pour les PME).

Comment se matérialise cette présence ? D'abord sur les réseaux sociaux, choisis par 76 % des interrogés, contre 69 % via un site web. Pour ce dernier canal, la taille de l'entreprise entre cependant en ligne de compte, puisque 84 % des PME déclarent disposer d'un site web.

Mais qui dit présence, ne dit pas activité. Côté site web, la quasi-totalité (95%) des répondants y présentent leur entreprise, ses produits ou services, et 68 % informent sur les coordonnées de l'entreprise ou ses heures d'ouverture.

En revanche, seules 39 % des TPE-PME publient des contenus à valeur ajoutée, qu'il s'agisse d'articles de blogs ou de témoignages clients. Quant à la mise à jour du site, 62 % des répondants ne l'effectuent pas plus d'une fois par mois, contre 9 % tous les jours (19 % pour les PME).

« Publier des contenus originaux et de façon régulière nécessite d’avoir quelque chose à dire... et quelqu’un pour le dire. Ce qui n’est pas toujours dans les moyens ou dans la culture des entreprises interrogées », analysent les auteurs de l'enquête.

Un ROI flou

Côté réseaux sociaux, Facebook se taille la part du lion : 90 % des micro-entreprises, 85 % des PME et 75 % TPE y sont présentes. Pour les autres canaux, la présence est fonction de la taille de l'entreprise.

Si Linkedin est utilisé par 76 % des PME, le taux chute à 50 % pour les TPE et à 48 % pour les micro-entreprises. La même différence se retrouve à l'égard de Twitter, surtout utilisé par les PME (61%), contre 25 % seulement côté micro-entreprises.

A l'inverse, ces dernières ont davantage investi Instagram (49%) que les les TPE (28 %) et les PME (34 %).

Mais en termes d'activité, la situation ne paraît pas meilleure que pour les sites web. Ainsi, 73 % des répondants indiquent ne pas avoir mis en place un planning de publication sur leurs canaux sociaux. Là encore, les PME sont un peu mieux loties, 48 % disposant d'un tel planning.

Enfin, la présence sur le web a beau être jugée nécessaire par les TPE-PME, son retour sur investissement semble beaucoup plus flou : 60 % des répondants ne savent pas quelle part de chiffre d'affaires est généré grâce à Internet ou pensent qu'il n'y contribue que de manière marginale.

Quant aux réseaux sociaux, s'ils sont plébiscités et considérés comme un investissement inévitable, 77 % des répondants qui y sont présents ne considèrent pas que le temps investi sur ces canaux est rentable.

Promo Newsletter