Un bilan mitigé pour la visioconférence

En 2015, les cadres assistaient en moyenne à 3 réunions hebdomadaires. En 2021, cette fréquence est désormais de 5,3, révèle une étude réalisée par l'Ifop pour Speechi, auprès d’un échantillon de 1 002 personnes représentatif des cadres en activité en France métropolitaine.

Les plus touchés sont les ingénieurs et cadres techniques en entreprise (6,3 réunions en moyenne par semaine), suivis des fonctions commerciales et administratives en entreprise (4,9), puis des cadres de la fonction publique (3,4).

Toutes catégories confondues, le pourcentage de cadres participant à 5 et plus réunions hebdomadaires s'élève à 46 %, en progression de 23 points par rapport à 2015, soit le double.

Crise sanitaire oblige, la visioconférence s'est invitée dans cette montée en flèche des réunions. Au cours des 12 derniers mois, 94 % des cadres ont ainsi assisté à au moins une réunion par ce moyen.

Mais signe que la pratique tend à s'inscrire dans le fonctionnement normal, fin septembre-début octobre, quand l'enquête a été réalisée, 71 % des cadres avaient assisté à une visioconférence au cours des 7 derniers jours. C'est 10 points de plus qu'au mois de mars dernier.

Le présentiel préféré

Ces 12 derniers mois, la part des réunions en visioconférence est sans surprise majoritaire, atteignant en moyenne 56 %. Quelle appréciation les cadres portent-ils sur cette expérience ? Dans les grandes masses, c'est presque un plébiscite, avec 74 % appréciant ce mode de réunion, contre 22 % qui ne l'aime « pas vraiment » et 4 % « pas du tout ».

Mais dans le détail, le résultat est moins élogieux. Les interrogés ne sont ainsi que 28 % à apprécier « beaucoup » la visioconférence, quand 46 % l'apprécient seulement « un peu ».

Au demeurant, ils sont une majorité (57%) à déclarer que, une fois la crise sanitaire passée, ils préféreraient participer à des réunions en présentiel plutôt qu'à distance.

Entre ces tenants du présentiel et ceux préférant la visioconférence (43 %, donc), la fracture est d'ailleurs nette quand 'il s'agit de dresser l'inventaire des avantages des réunions en visioconférence.

Ses partisans sont ainsi 78 % à apprécier le gain de temps lié à l'absence de déplacement, contre 49 % ceux préférant le présentiel. Les premiers estiment aussi à 56 % que les réunions en visioconférence sont moins longues et à 54 % qu'elles sont plus efficaces. Des avantages reconnus par seulement 25 % des tenants du présentiel.

Enfin, l'étude laisse aussi entrevoir un niveau d'usage centré sur le simple échange oral par video interposée. Lorsqu'on les interroge sur ce qu'ils souhaiteraient pour améliorer le fonctionnement des réunions à distance, la possibilité de visualiser et annoter des document se classe en tête, citée par 51 % des cadres et, notamment, 54 % des managers.

En deuxième position, vient le partage de post-it, souhaité par 36 % des interrogés (38 % pour les managers).

En revanche, dans le classement des freins à l'usage de la visioconférence, c'est la mauvaise qualité du son qui arrive en tête, à 74 %, suivie de la mauvaise qualité de la video 46 %. L'absence d'espace collaboratif, type tableau blanc virtuel, n'est lui cité que par 22 % des interrogés : 23 % pour les managers, 16 % pour les non managers.

Pour consulter les résultats complets : Quand la visioconférence change la vie des cadres

Promo Newsletter