Une rentrée marquée par quatre annonces estivales

Vous avez profité de l'été pour déconnecter et vous changer les idées ? De retour de vacances, votre boîte aux lettres croule sous les messages. L'urgent le dispute à l'important. Déjà, il faut rattraper le temps perdu sur les projets internes.

Les tweets et les fils RSS d'actualité attendront. Pas de soucis, Collaboratif-info a sélectionné pour vous quatre temps forts qui ont marqué les dernières semaines de juillet et les premières d'août. Pas d'annonces révolutionnaires, mais des tendances qui s'affirment.

Jive conforte sa position de champion des spécialistes

Le 21 juillet dernier, Jive a annoncé la levée de 30 millions de dollars. Un tour de table mené par le fonds d'investissement Kleiner Perkins Caufield & Byers (KPCB), auquel a participé Sequoia, déjà au capital de l'éditeur.

L'intérêt des investisseurs est une bonne nouvelle pour l'ensemble des éditeurs de réseaux sociaux et d'outils collaboratifs. Jive, pour sa part, renforce ses capacités de développement technologique et commercial. Il se pose, plus que jamais, comme le spécialiste en mesure de rivaliser avec les deux géants IBM et Microsoft, éditeurs respectivement de Lotus Connections et Sharepoint.

L'écosystème se montre par ailleurs élogieux vis-à-vis de Jive. L'éditeur américain marque des points, y compris en France. Alcatel-Lucent se félicite de l'avoir adopté. Une autre grande entreprise hexagonale vante le produit. Si elle ne l'a pas retenu, c'est en raison des investissements déjà réalisés sur Sharepoint et des compétences développées par ses équipes de développeurs sur la plate-forme de Microsoft. Un éditeur concurrent français, qui rencontre régulièrement Jive dans les appels d'offres, loue également les qualités du logiciel et des équipes commerciales.

Jamespot apporte sa pierre à la socialisation des processus métier

Les initiatives visant à inscrire le réseau social dans le système d'information de l'entreprise se multiplient. Dernière en date, celle de Jamespot. Fin juillet, l'éditeur français a annoncé SocialReady. L'objectif affiché est de coupler les processus métier au réseau social d'entreprise et, in fine, d'apporter de l'intelligence dans les processus.

Une vingtaine de modules sont d'ores et déjà proposés par l'éditeur. Ils offrent une connexion vers des services en ligne via des widgets (Doodle, Oodrive, Google Search, Twitter, Vimeo, Youtube...) et vers des mini-applications maison (Banque documentaire, Cartes de visite...).

Le prochain enjeu pour l'éditeur français est de convaincre les éditeurs et les intégrateurs de connecter des applications d'entreprise à Jamespot Pro et ainsi de contribuer à « socialiser » le système d'information de l'entreprise.

A noter qu'à l'instar de Socialtext avec son module Connect, Jamespot s'appuie sur des mécanismes comme les flux RSS ou Activity Stream pour intégrer des flux d'informations.

Adobe investit la gestion de contenu et le collaboratif

Depuis des années, Adobe flirte avec la gestion de contenu d'entreprise, sans jamais vraiment parvenir à y prendre pied. Dans le passé, il a tenté un partenariat avec Documentum (repris depuis par EMC) avant de nouer, plus récemment, un accord OEM avec Alfresco. L'acquisition du spécialiste suisse Day Software, pour 240 millions de dollars, change la donne.

Adobe acquiert un spécialiste renommé de la gestion de contenu web et de la collaboration, doté notamment de fonctions sociales. Et il dispose désormais de l'ensemble des briques pour bâtir une véritable solution de gestion des actifs multimédias (DAM).

Day Software est reconnu à la fois pour la qualité de ses logiciels et pour son implication dans la définition des normes JCR (Java Content Repository) et CMIS (Content Management Interoperability Services), qui normalisent les accès aux référentiels documentaires.

La fin de Google Wave

Le ramdam ne fait pas le succès. Google Wave, qui devait à sa sortie révolutionner la collaboration, n'a pas rencontré son public. Moins d'un an après sa sortie, Google a annoncé début août l'arrêt des développements du logiciel en tant que produit autonome.

Si le logiciel est mort, la technologie devrait lui survivre. Google planche déjà sur de nouveaux projets, notamment le développement d'un réseau social. Le géant d'internet n'a pas fini de faire parler de lui.

 

Promo Newsletter