Villes sans limite, une innovation participative à grande échelle

On attend avec impatience les résultats de l'initiative Villes sans limite. Si l'idée d'associer les habitants d'un quartier à son évolution n'est pas franchement nouvelle, l'approche retenue est, en revanche, novatrice, tout en étant complémentaire des dispositifs existants.

L'ambition du projet est de permettre à chacun de construire le futur d'un quartier à travers une application nomade, accessible depuis son téléphone portable (Androïd ou iPhone). En pratique, l'individu se connecte sur le site Villes sans limite et sélectionne, via une application en HTML 5, différents scénarios d'évolution, basés sur plus de 15 000 combinatoires possibles.

Un prototype sera lancé lors de la manifestation Futur en Seine (du 17 au 26 juin) et ciblera quelques lieux privilégiés en région parisienne, autour de la place de la Bastille, vers Clichy, à Marne la Vallée...

Le projet mérite de s'y attarder car les enseignements qui en seront retirés dépasseront le cadre de l'urbanisme et pourraient inspirer d'autres démarches participatives et d'intelligence collective. Zoomons sur quelques points clés qui font sa spécificité. 

Hybridation des mondes physiques et virtuels

Pour ce projet, la start-up UFO s'est associée à l'éditeur de jeux Ubisoft pour permettre à chacun de visualiser les options qu'il aura retenues et rendre vraisemblable son scénario d'évolution.

In situ

Si l'application est accessible depuis un poste de travail, elle prend vraiment
tout son intérêt lorsqu'on y accède depuis le lieu à repenser. « La perception de l'ajout de 2 étages à un immeuble varie si on est sur place ou dans un bureau, souligne Alain Renk, architecte urbaniste, à l'origine du projet. L'une des spécificités du projet est de réintroduire le corps et les sensations dans l'interaction numérique. »

Dialogues et interactions

Les différentes contributions pourront être partagées sur des médias sociaux et donner lieu à des échanges et des débats. Elles seront également centralisées sur le site de Villes sans limite.

Consolidation et traduction en connaissances

Si le succès est au rendez-vous, il risque d'y avoir beaucoup de bruit, l'enjeu consistera à le traduire en connaissances et, petit à petit, à plonger les citoyens dans la complexité de l'urbanisme. « Un immeuble plus élevé signifie moins de soleil dans la rue, mais plus de proximité avec son lieu de travail », illustre Alain Renk.

Ce projet s'inscrit dans la logique de recherches menées par le ministère de l'Ecologie, du développement durable, des transports et du logement autour de la questions des territoires. Si l'addition de projets hyper locaux ne fait pas une métropole, une approche plus globale peut se nourrir de ces initiatives sur un mode d'interactions itératives. 

On le voit les parallèles avec des projets impliquant des salariés d'une grande entreprise sont multiples. Ouvrir le champ du participatif au plus grand nombre en commençant par un domaine restreint qui sera étendu petit à petit, mettre en place un mécanisme d'engagement incitatif (la prise de photos pour partager des bonnes pratiques est déjà testée dans des grands comptes), consolider les contributions, puis mettre en place des boucles d'itération pour faire en sorte que chacun gagne en expertise.... 

Promo Newsletter